"La disparition du monde réel" de Marc Molk chez Buchet Chastel (Paris, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

La disparition du monde réel
La disparition du monde réel — Le choix des libraires

Résumé

«Plus tard dans la journée, quand elle sera partie, vous jouerez la première Gnossienne d'Erik Satie, selon votre coeur qui ne bat plus. Vous vous direz que, sans ce romantisme gras et collant au fond de vous, rien n'aurait raté comme cela. Le romantisme, voilà bien ce dont il faudrait expurger le monde.»

Dans un grand mas provençal, une bande d'amis passe un nouvel été. Les vacances se terminent, la quarantaine est là, l'amitié tire sur la corde. Malgré l'humour et l'ivresse, le désenchantement gagne. Comment échapper à la tristesse des choses auxquelles on ne croit plus ? L'amertume fait-elle de nous des orphelins ?

Sous la familiarité estivale pointent cauchemars et bad trips : quand les peurs et les fantasmes prennent le dessus, voilent les évidences et font vaciller le simple sentiment de réalité.

Né en 1972, Marc Molk est peintre et écrivain. Son oeuvre a récemment été exposée dans la galène Da End à Paris, au cours de l'exposition intitulée «Le ciel bleu sur nous peut s'effondrer» (automne 2012). Un catalogue consacré à son travail est paru en 2011 : Marc Molk, Ekphrasis. Une peinture en fictions (Editions Label hypothèse/ D-Fiction). Il a publié son premier roman Pertes humaines aux Editions Arléa en 2006.

La revue de presse : Alexandre Fillon - Lire, juillet 2013

La découverte la plus intrigante de ces derniers mois est celle de La Disparition du monde réel de Marc Molk, dont Arléa avait déjà publié Pertes humaines en 2006. L'occasion de se rendre dans une maison de campagne en Provence...
Egalement peintre, Marc Molk joue sur la tension et le mystère, alternant le chaud et le froid. Un nom à retenir, un écrivain à suivre, un livre à glisser dans sa valise pour les vacances.

La revue de presse : Florence Bouchy - Le Monde du 25 avril 2013

Dans La Disparition du monde réel, son deuxième roman, Marc Molk évoque l'un de ces étés amicaux, semblable aux autres, où règne cependant la sensation d'une inquiétante étrangeté. Il brosse, par petites touches impressionnistes, en une suite de brefs chapitres, le portrait d'un narrateur en crise silencieuse.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires