"L'invention des droits de l'homme : histoire, psychologie et politique" de Lynn Hunt chez Markus Haller (Genève, Suisse)

en partenariat avec 20minutes.fr
— 
L'invention des droits de l'homme : histoire, psychologie et politique
L'invention des droits de l'homme : histoire, psychologie et politique — Le choix des libraires

Résumé

Les droits de l'homme s'imposent-ils à l'esprit comme une évidence que chacun peut connaître intuitivement ? C'est ce que croyaient les défenseurs de l'égalité avant la Révolution française - alors que l'inégalité des hommes était considérée comme un fait indubitable encore au début du XVIIIe siècle. Comment ce revirement des convictions s'est-il opéré ?
Pour y répondre, Lynn Hunt dévoile peu à peu les relations complexes entre sentiments, institutions et idées politiques. Elle montre comment les romans épistolaires de Richardson et de Rousseau, véritables best-sellers de l'époque, et les débats sur la torture après l'affaire Calas ont déclenché une transformation de la sensibilité et ainsi justifié les premières réformes institutionnelles au nom de l'humanité commune. L'extension progressive de l'empathie à l'ensemble des humains, l'adhésion publique croissante à l'idéal politique des droits de l'homme et l'abolition successive des institutions de l'Ancien Régime se sont renforcées mutuellement, consolidant ainsi le sentiment que l'égalité allait de soi.
Or, les XIXe et XXe siècles prouvent que l'attachement à l'universalisme des droits de l'homme n'est qu'une option parmi d'autres - le nationalisme, les hiérarchies «naturelles» ou sanctionnées par la religion, le collectivisme communiste ou fasciste peuvent apparaître comme tout aussi évidents. Qu'est-ce qui pourrait alors assurer l'avenir des droits de l'homme ?

C'est un livre remarquable ; Hunt examine avec perspicacité et concision un large éventail de questions.
Gordon S. Wood, New York Times

Un essai riche, élégant et persuasif.
David A. Bell, London Review of Books

Lynn Hunt est professeur d'histoire à l'université de Californie, Los Angeles.

La revue de presse : Julie Clarini - Le Monde du 30 mai 2013

On n'a pas fini de trouver du charme aux romans du XVIIIe siècle. Leur touchante peinture de la vertu et des amours contrariées, leur goût pour le drame et les pleurs, ont transformé l'âme de leurs lecteurs. Au point que Lynn Hunt les considère comme partie prenante du changement des mentalités qui rend possible à la fin du XVIIIe siècle l'invention des droits de l'homme. Dans un essai d'une grande clarté, l'historienne américaine, spécialiste de la Révolution française, s'emploie en effet à comprendre pourquoi les droits naturels de l'homme, ou " droits de l'humanité ", se sont imposés à tous comme allant de soi...
L'essai brosse l'histoire de ces droits de l'homme, jusqu'à la déclaration de l'ONU en 1948, montrant comment la montée des nationalismes en Europe au XIXe siècle a fait reculer leur universalisme. On trouvera sans doute la perspective un tantinet américaine, notamment dans le choix de nouer la sociologie aux neurosciences pour comprendre l'évolution des mentalités. Mais l'auteur a montré dans de précédents livres (Le Roman familial de la Révolution française, Albin Michel, 1995) qu'elle était une adepte de la lecture pluridisciplinaire, empruntant autant à l'anthropologie qu'aux sciences cognitives. Elle livre ici une nouvelle démonstration que les émotions et leur traduction politique sont un terrain d'investigation pour les historiens.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires