"Un glossaire d'oiseaux grecs. Traduit et augmenté de commentaires dilettantes, d'anecdotes délectables prises à divers auteurs anciens et modernes, de remarques saisissantes et de propos inactuels sur la situation présente par Dominique Meens" de D'Arcy

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Un glossaire d'oiseaux grecs. Traduit et augmenté de commentaires dilettantes, d'anecdotes délectables prises à divers auteurs anciens et modernes, de remarques saisissantes et de propos inactuels sur la situation présente par Dominique Meens
Un glossaire d'oiseaux grecs. Traduit et augmenté de commentaires dilettantes, d'anecdotes délectables prises à divers auteurs anciens et modernes, de remarques saisissantes et de propos inactuels sur la situation présente par Dominique Meens — Le choix des libraires

Résumé

À découvrir le savoir des anciens, on se trouve moins glorieux du savoir qu'on a. On ne désespère pour autant car, à «glossariser», on vérifie qu'un savoir s'est déposé que nous parlons sans savoir. Il y a même à se réjouir : D'Arcy Wentworth Thompson en aura écrit, après mille autres. Les oiseaux donc, auront de quoi voler, faire parade et chanter, encore.

Notre ouvrage est utile voire indispensable à toute personne répondant à l'une où l'autre de ces propositions : elle possède une paire de chaussures de marche ; elle connaît l'histoire d'Achille et celle d'Ulysse ; il lui arrive de penser, voyant des hirondelles raser la prairie, qu'il va bientôt pleuvoir ; elle possède un dictionnaire, il lui arrive de le consulter ; des images d'oiseaux englués dans le pétrole ou le goudron l'attristent ; elle ouvre parfois un livre au hasard comme on faisait autrefois des Bucoliques de Virgile afin d'envisager l'avenir avec optimisme ; elle n'imagine pas qu'on puisse faire un roman d'un glossaire ; elle a entendu parler d'Aristophane et de ses comédies ; elle sait qu'il ne fait pas bon aux grenouilles d'avoir une cigogne pour tyran ; trop de racines grecques dans une phrase française l'agace ; elle n'a jamais de sa vie aperçu le moindre torcol ; elle aime rire, parfois même de choses sérieuses.

D'Arcy Thompson (1860-1948), professeur de zoologie à l'université de St Andrews, grand navigateur et érudit, sut rester à l'abri des modes pour développer une pensée d'une originalité radicale.

La revue de presse : Julie Clarini - Le Monde du 31 janvier 2013

LA LITTÉRATURE SAVANTE reste de la littérature. A ce titre capable d'ouvrir grandes les portes de l'imaginaire, parfois mieux que ne saurait le faire la fiction...
A quoi bon un tel savoir ? Mais parce qu'une cigogne n'est jamais seulement une cigogne, pas plus que le jabiru n'est jamais seulement un jabiru ; " il est dans une phrase, dans une liste qui fait phrase, il est couvert de phrases, il est couvert sous les phrases, qui vous le font voir, qui vous font le voir, et le voir lui, le jabiru, pour l'occasion jabiru. " Miracle du dévoilement par l'érudition. Voilà le parti pris commun de D'arcy Thompson et de Méens, leur point de rencontre, la branche sur laquelle ils nichent. Ils ont pris le parti de l'oiseau comme Perec celui des choses : " Qu'est-ce qu'un aigle ? Ce que nous en faisons. Qu'en faisons-nous ? Ce que nous en disons, ce que nous choisissons d'en dire, le sachant ou non. " Pas besoin d'être adhérent à l'aëlpéo pour comprendre ça. Ni pour prendre plaisir, on l'aura compris, à ouvrir ce réjouissant glossaire.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires