"S.A.P.E." de Héctor Mediavilla chez Intervalles (Paris, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

S.A.P.E.
S.A.P.E. — Le choix des libraires

Résumé

S.A.P.E. est le premier ouvrage monographique consacré au travail d'Hector Mediavilla sur les dandys de Brazzaville, ces ambassadeurs de l'élégance au

La S.A.P.E, ou Société des Ambianceurs et Personnes Élégantes, est un phénomène vestimentaire et culturel s'inspirant du dandysme, apparu au Congo à l'époque de sa colonisation par les Français.

Les Sapeurs congolais entretiennent aujourd'hui ce mythe de la sophistication parisienne en se parant de leurs plus beaux atours et en défilant élégamment vêtus dans les rues de Brazzaville. Respectés par leur communauté, ils se regroupent autour de goûts et de valeurs communes, travaillant à améliorer leur style, leur gestuelle, dans le but d'atteindre originalité et distinction. Ce faisant, ils poursuivent un grand rêve : voyager à Paris et revenir à Brazzaville en tant qu'ambassadeurs de l'élégance.

«L'homme blanc a inventé les habits, mais c'est nous, les Congolais, qui en avons fait un art.»
Papa Wemba

La Sape questionne les modes de réappropriation de la culture dominante et la complexité des identités post-coloniales. Brillantine contre morosité, les Sapeurs proposent un modèle d'émancipation fantaisiste pour masquer les réalités parfois difficiles de la migration.

Véritable logos post-moderne, la Sape symbolise le parcours de ces dandys modernes, pour qui l'apparence au quotidien est un enjeu qui dépasse largement la frivolité : celui qui en impose par son style est, in fine, seul maître de lui-même.

LE PHOTOGRAPHE

Né en 1970, Héctor Mediavilla vit et travaille entre Barcelone et Guanajuato (Mexique). Des Sapeurs de Brazzaville au commerce de la coca en Bolivie, des derniers liftiers de Mexico aux cérémonies religieuses mexicaines, il documente la vie des hommes et des femmes des pays d'Afrique et d'Amérique. Son travail sur la Sape, qui fait aujourd'hui référence, lui a valu d'obtenir une bourse Fotopres de la Caixa en 2005, le prix Picture of the Year en 2006, ainsi qu'une aide à la production de CEO Allemagne. En 2007, Hector Mediavilla fonde avec d'autres photographes indépendants le collectif Pandora. Il est membre de l'agence coopérative Picturetank depuis 2003.

Edition trilingue français-anglais-espagnol

La revue de presse : Brigitte Ollier - Libération du 25 avril 2013

Sans juger cette «religion du tissu», Héctor Mediavilla, qui vit entre l'Espagne et le Mexique, s'attache à montrer les sapeurs dans leur environnement, leur inventivité et la fantaisie de leurs tenues éclatantes, défi permanent aux esprits. A ceux des aïeuls comme à ceux qui s'appliquent à n'y voir qu'imitation des Blancs.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires