"La nuit du loup" de Javier Tomeo chez Bourgois (Paris, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

La nuit du loup
La nuit du loup — Le choix des libraires

Résumé

S'aventurer de nuit dans la lande espagnole peut se révéler dangereux. Macario a beau connaître le terrain, il a vite fait de se fouler une cheville et se retrouve bloqué dans un abribus, au bord d'un chemin désert, par un soir de pleine lune. Cependant, depuis la route s'élève une autre voix. Celle d'Ismael, confronté aux mêmes difficultés cinquante mètres plus loin : désarroi en miroir, blessure, tout est semblable et différent à la fois. Au milieu de cette nuit improbable, une discussion insolite et décalée se tisse peu à peu entre ces deux êtres égarés.

«La Nuit du loup est une de ces symphonies absurdes de l'imagination qui nous redonne confiance dans le dialogue comme colonne vertébrale de cet étrange animal que nous avons l'habitude d'appeler être humain.» (J. A. Aguado, Diari de terrassa)

«La parodie, l'humour et les nombreux jeux de langage tempèrent le caractère absurde des bizarreries qui absorbent les humains dans leur attirance pour le superficiel. Un texte qui frôle parfois le délirant, sans jamais perdre sa sensibilité dans la brièveté.» (Angel Bansanta, El Mundo)

Javier Tomeo est attaché à la province d'Aragon où il est né en 1931. Après des études de droit et de criminologie à l'université de Barcelone, il a publié son premier roman Le Chasseur de lions en 1967. Depuis les années 1980 il est considéré comme l'un des meilleurs auteurs espagnols contemporains. Ses textes ont été adaptés au théâtre (Monstre aimé, Historias Minimas...). Ses livres sont traversés par les motifs de la folie et l'exil tout en prodiguant une certaine tendresse, tandis qu'il convoque Poe, Kafka, l'absurde et le surréalisme.

La revue de presse : Eric Chevillard - Le Monde du 10 janvier 2013

Il ne se passe rien, à proprement parler, dans La Nuit du loup mais - et c'est beaucoup plus excitant - tout pourrait arriver, y compris la métamorphose soudaine du personnage principal en loup-garou. On ne sait trop, d'ailleurs, si la vie de celui-ci est finie ou si elle n'a pas encore commencé, mais il se trouve en tout cas présentement arrêté sur le bas-côté de sa route, la cheville foulée. C'est une nuit de lune et de nuages...
L'ironie de Javier Tomeo ne se perçoit pas tout de suite, preuve que c'est de la bonne ! Tandis que Macario masse sa cheville douloureuse, " quelqu'un profère une malédiction au milieu des ténèbres. Ce quelqu'un est à moins de vingt mètres, mais il ne peut pas voir Macario car (...) le chemin fait un coude ". Nommé Ismael, ce quelqu'un est un assureur qui démarche dans le village et qui, pour l'heure, dé-marche plutôt puisqu'il vient à son tour de se tordre la cheville. Dispositif à la Beckett cette fois - mais il ne suffit pas de traîner la jambe en ressassant des vétilles pour devenir un auteur beckettien et Javier Tomeo réussit lui aussi une de ces tragédies comiques où la métaphysique et le burlesque s'échangent le ciel et la terre.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires