"L'affaire Beltracchi : enquête sur l'un des plus grands scandales de faux tableaux du siècle et sur ceux qui en ont profité" de Stefan Koldehoff ,Tobias Timm chez Jacqueline Chambon (Paris, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

L'affaire Beltracchi : enquête sur l'un des plus grands scandales de faux tableaux du siècle et sur ceux qui en ont profité
L'affaire Beltracchi : enquête sur l'un des plus grands scandales de faux tableaux du siècle et sur ceux qui en ont profité — Le choix des libraires

Résumé

Scandale d'ampleur européenne, la révélation de l'affaire Beltracchi fait en 2010 l'effet d'une bombe dans le monde de l'art. Wolfgang Beltracchi, faussaire génial et flamboyant, a pendant près de trente ans peint et vendu, avec l'aide de sa femme Hélène et de deux autres complices, des dizaines de faux chefs-d'oeuvre de Max Ernst, Fernand Léger, André Derain, Heinrich Campendonk, entre autres. Les sommes des ventes de ces tableaux effectuées par de prestigieuses maisons comme Christies, Sotheby's ou Lempertz se chiffrent en millions de dollars ou d'euros. En octobre 2011, Beltracchi est condamné par le tribunal de Cologne à six ans de prison.
Stefan Koldehoff et Tobias Timm ont mené une enquête approfondie sur la personnalité du faussaire et son modus operandi. Mais au-delà du personnage, les auteurs analysent avec une rigueur implacable le fonctionnement du marché de l'art, la légèreté, voire la vénalité des experts, le rôle des galeries, le passage par les musées pour faire monter les prix et l'opacité des transactions.

Stefan Koldehoff est rédacteur à la radio nationale Deutschlandfunk basée à Cologne et écrit pour le Frankfurter Allgemeine Zeitung, Die Zeit et ARTnews. En 2008, il a remporté le PuK-Journalistenpreis.
Tobias Timm écrit sur l'architecture, l'art et le marché de l'art dans l'hebdomadaire Die Zeit. Il a également travaillé en tant que journaliste pour le Süddeutsche Zeitung.
L'Affaire Beltracchi a obtenu en 2012 le prestigieux prix Otto-Brenner du journalisme critique et le prix Annette-Giacometti qui récompense une initiative destinée à sensibiliser le public au problème de la contrefaçon des oeuvres d'art.

La revue de presse : Vincent Noce - Libération du 4 avril 2013

Wolfgang peignait, Helene trafiquait certificats et généalogie. Un livre retrace l'histoire de l'un des plus gros scandales du marché de l'art de l'après-guerre...
Pour boucler le tout, les faussaires ont eu l'intelligence de se couvrir en réclamant aux spécialistes des certificats d'authenticité. Et ils en ont obtenu. Beaucoup. Très vite, ils ont fait fortune...
Les ramifications en France sont importantes. Presque tous les spécialistes ayant signé des certificats sont installés à Paris. Nombre de tableaux de Beltracchi ont transité par les galeries de la capitale.

La revue de presse : Bernard Géniès - Le Nouvel Observateur du 4 avril 2013

Deux journalistes allemands révèlent dans une enquête explosive les dessous de l'affaire Beltracchi, cet escroc de génie qui a fabriqué et vendu de faux Derain, Léger, Max Ernst... en bernant les plus grands experts...
Leur livre met en lumière les agissements singuliers de certains acteurs du marché de l'art. Mais aussi le très redoutable talent d'escroc de Wolfgang Beltracchi...
Le livre de Stefan Koldehof et Tobias Trimm montre tous les rouages d'un monde opaque dominé par la recherche du fric. Leur portrait de Wolfgang Beltracchi est précis et féroce.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires