"Mon analyse avec Freud" de Abram Kardiner chez Belles lettres (Paris, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Mon analyse avec Freud
Mon analyse avec Freud — Le choix des libraires

Résumé

L'intérêt historique de ce texte est manifeste en ce qu'il cerne un moment important du mouvement psychanalytique. Mais le compte-rendu de cette analyse constitue surtout un document clinique exceptionnel : le récit de cet homme, qui, à l'apogée de sa célébrité, «n'est pas encore sûr de ne pas finir comme un clochard», est un des rares textes passionnants sur l'angoisse d'abandon et sans doute le souhait d'échec dans l'hystérie masculine.
C'est enfin une mise au point quant à la technique freudienne et ce qu'il en est du désir de l'analyste dans la dialectique de la cure : Freud parle en filigrane de son propre désir et on ne peut qu'être frappé de la différence de son attitude avec ce qu'il est convenu d'appeler aujourd'hui la «bienveillante neutralité» du psychanalyste. On considérera sans doute sous un angle différent ses écrits techniques après avoir lu le témoignage de Kardiner.
«Témoignage irremplaçable, et d'autant plus précieux qu'il est apporté par un homme lucide, modeste, capable d'humour, et qui est en droit d'intituler le dernier chapitre de son livre : Cinquante-cinq ans avec la psychanalyse.» Mikel Dufrenne

Psychanalyste et anthropologue, Abram Kardiner (1891-1981) est l'un des pionniers du culturalisme américain, sinon la figure marquante de ce courant.

La revue de presse : Philippe Lançon - Libération du 14 février 2013

En 1922, Woody Allen n'est pas né et il y a dix psychanalystes à New York. L'un d'eux est Abram Kardiner, 30 ans, fils d'un tailleur ukrainien exilé. Sa petite enfance new-yorkaise, moitié Singer moitié Dickens, a été«un cauchemar incessant, marquée par la faim, le délaissement, l'impression de ne compter pour rien, un sentiment écrasant de découragement». Il a 3 ans quand sa mère meurt de la tuberculose. Il joue seul autour du cadavre, mais ne s'en souvient que plus tard, en 1921, lorsqu'il est analysé à Vienne par Freud. Kardiner est l'un de ses premiers patients étrangers. Son livre, écrit cinquante ans plus tard, décrit son analyse, l'évalue, et fait un portrait du grand homme précis, drôle, d'une splendide et intelligente bienveillance : on y est comme on est avec Jésus dans certains évangiles, l'humour viennois en plus...
C'est ce qui fait le prix du livre : non seulement on voit Freud, on le touche et le sent, on l'entend presque écouter, mais on l'entend aussi parler...
«Vous pouvez être au tapis, lui dit-il, vous ne serez jamais battu.»

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires