"La vie esthétique : stases et flux" de Laurent Jenny chez Verdier (Lagrasse, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

La vie esthétique : stases et flux
La vie esthétique : stases et flux — Le choix des libraires

Résumé

Avoir une vie esthétique n'est pas aujourd'hui le privilège de quelques dandys ou «connaisseurs». Dans le monde saturé d'images, de mots et de musiques qui est le nôtre, c'est un destin partagé par tous. La vraie question que pose cette vie est celle de l'usage réel que nous faisons des formes auxquelles elle nous expose sans cesse.
Partant d'une rêverie sur le défilement d'un paysage toscan par les vitres d'un autobus, Laurent Jenny trouve chez Proust ou Paulhan des pratiques de «vision du monde en peinture». Il demande à Baudelaire, Valéry et James Sacré ce qu'est un «moment poétique» après en avoir fait lui-même l'expérience. Il se souvient d'un épisode de fièvre et d'un voyage en Inde pour élucider l'usage de la musique comme «scénario énergétique». Il retrouve les encres de Hugo ou les angles des tableaux cubistes de Picasso dans les pixels d'un écran de téléphone portable.
Tout au long de ce parcours, les oeuvres esthétiques apparaissent comme autant de stases dans le flux des sensations et des pensées qui ont assailli d'autres que nous. Elles nous servent de modèle pour, à notre tour, donner figure à la fluidité de nos instants vécus.

Laurent Jenny enseigne à l'université de Genève. Il a publié de nombreux travaux sur l'esthétique et l'idéologie littéraires.

La revue de presse : Jean-Louis Jeannelle - Le Monde du 14 mars 2013

L'essayiste travaille depuis quarante ans sur le style et la singularité des oeuvres. Il montre dans son nouveau livre, " La Vie esthétique ", de quelle manière celles-ci entrent en résonance avec nos existences...
Prenant néanmoins la défense de Swann, que le narrateur d'A la recherche du temps perdu accusait de n'être qu'un " célibataire de l'art ", Laurent Jenny invite à sortir des salles de concert ou des musées pour se rendre plus attentif aux moments où l'art réapparaît, libre de toute expertise, dans les circonstances les plus inattendues (...) chez Laurent Jenny, nous ne nous contentons pas de recevoir passivement l'art ; celui-ci est avant tout expériences plurielles, souvent même vécues à notre insu.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires