"Chuuut !" de Janine Boissard chez Robert Laffont (Paris, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Chuuut !
Chuuut ! — Le choix des libraires

Résumé

«On se tait, on se tient.» Telle est la devise des Saint Junien. L'arrivée de Nils, «l'enfant prodigue» que personne n'attendait, va faire voler en éclats l'unité de cette famille en apparence si parfaite...

Un beau château entouré de vignes, près de Cognac. C'est celui d'Edmond de Saint Junien, exploitant du «nectar des dieux».
Devise de la famille : «On se tait, on se tient !» Quoi qu'il arrive. Et même lorsqu'il s'agit de Roselyne, la fille aînée, la «fille perdue», dont on est sans nouvelles depuis des années.
L'arrivée au château de son fils, Nils, dix-huit ans, dont tous ignoraient l'existence, va faire exploser un lourd secret de famille et voler en éclats l'unité apparente des Saint Junien.
Heureusement, l'amour est là.
L'Esprit de famille. Une femme en blanc, Marie-Tempête ou, plus récemment, Loup, y es-tu ?, autant de best-sellers : Janine Boissard est l'une de nos romancières les plus populaires.

L'AUTEUR : On ne présente plus Janine Boissard, auteur de nombreux best-sellers parmi lesquels L'Esprit de famille, Une femme en blanc, Marie-Tempête ou, plus récemment, La Chaloupe, Allez, France !, Loup, y es-tu ?.

Courier des auteurs le 14/03/2013

1) Qui êtes-vous ? !
D'abord «un» écrivain, au masculin, comme ceux dont je rêvais d'être, enfant, puis ado. Qui n'envisage pas la vie sans écrire. Et aussi une femme, une mère, attachée à la famille, qui ne conçoit pas de vivre sans elle.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Un très lourd secret de famille, dans un château près de Cognac, pays des alambics, que l'arrivée d'un jeune-homme, membre ignoré de cette famille, va faire exploser. Et aussi une histoire d'amour.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
J'en mettrais deux.

«On s'étonne parfois de ne pas sentir venir les évènements qui vont bouleverser notre vie, la changer pour toujours. Il me semble qu'au fond de nous, un signal doit nous en avertir, comme pour les animaux qui fuient avant le naufrage ou le tremblement de terre, mais nous sommes trop occupés pour le percevoir.»

«Tous les succès, toutes les réussites, les comptes en banque les mieux garnis, ne remplaceront jamais ce sentiment intense de plénitude, ce radieux et calme «enfin», que l'on éprouve dans les bras d'une âme-soeur.»

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Un serein prélude de Bach, attaqué par le chant guerrier des Walkyries de Wagner. Bach, gagnant.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
L'émotion. Mes mots phares : amour, respect, honneur.

6) Avez-vous des rituels d'écrivain ? (Choix du lieu, de l'horaire, d'une musique de fond) ?
J'écris à la plume, très tôt le matin, cinq-six heures. De préférence dans mon grand «lit-bureau». Mon seul rituel, écouter de la musique, classique ou moderne, pour me mettre en «état d'émotion».

7) Comment vous vient l'inspiration ?
Je la puise autour de moi, un regard, un silence, un cri de joie ou un soupir. Tout ce qui passe nourrit une imagination hypertrophiée par une enfance où prédominait le rêve.

8) Comment l'écriture est-elle entrée dans votre vie ? Vous êtes-vous dit enfant ou adolescente «un jour j'écrirai des livres» ?
Il me semble avoir toujours su que je serais écrivain. Durant quelques années, le piano m'a tentée. Après un échec, dû au trac, lors d'une audition, j'ai décidé de mettre la musique dans mes mots.

9) Vous souvenez-vous de vos premiers chocs littéraires (en tant que lectrice) ?
Victor Hugo, le poète. Plus précisément : «Oh, combien de marins, combien de capitaines !» etc... Je m'étais persuadée qu'il était mon arrière-grand-père et m'encourageait dans ma vocation.
Plus tard, la découverte de Colette m'a donné le goût de la terre et ouverte aux choses de l'amour.

10) Savez-vous à quoi servent les écrivains ? !
Je ne me pose pas la question en ce qui me concerne. «Lorsque vous parlez de vous, vous me parlez de moi», me confient mes lecteurs. Tout est dit : l'écrivain peut être un «porte-voix», qui permet à ceux qui le lisent de se sentir moins seuls, accompagnés.

11) Quelle place tiennent les librairies dans votre vie ?
Une place essentielle. Les libraires sont, avec les représentants de mes maisons d'édition et mes attaché de presse, mes plus fidèles soutiens. Ils croient en moi.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires