"Einstein dans la tragédie du XXe siècle : antisémitisme, Shoah, sionisme" de Simon Veille chez Imago (Paris, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Einstein dans la tragédie du XXe siècle : antisémitisme, Shoah, sionisme
Einstein dans la tragédie du XXe siècle : antisémitisme, Shoah, sionisme — Le choix des libraires

Résumé

Einstein : président d'Israël en 1952 ? La proposition de Ben Gourion fut bien réelle mais aussitôt poliment refusée par le grand homme... Pourtant, la tête dans les étoiles, le physicien de génie n'en fut pas moins un témoin et un acteur important des événements tragiques de son siècle.

Juif allemand né en 1879, renonçant à sa nationalité dès 1896, il fuit, avec un étonnant pressentiment, la société bismarckienne qu'il juge répressive et militariste. Peu concerné par le judaïsme, et, sans la moindre complaisance identitaire, il réprouve avec force tous les nationalismes. Mais dès l'arrivée d'Hitler au pouvoir, il dénonce auprès de Roosevelt le massacre programmé par les nazis et, avec une énergie farouche, tente de protéger les «membres sa tribu», selon son expression. Face à la violence des persécutions, sous la pression de l'urgence, cet internationaliste convaincu se rapprochera peu à peu du sionisme. Cependant, au plus fort de la tourmente de l'après-guerre, jamais il n'oubliera le droit des Arabes ni n'occultera le caractère dramatique de la fondation de l'État d'Israël.

S'appuyant sur de nombreux documents inédits, notamment sur les archives Einstein de Jérusalem, Simon Veille éclaire d'un jour nouveau la personnalité du célèbre savant : homme d'influence accueilli par des foules enthousiastes, il n'a jamais recherché le pouvoir. Ce désintéressement peu commun, mais surtout la justesse étonnante de ses intuitions politiques et la dimension éthique de son engagement font de lui, aujourd'hui encore, une référence au sein du chaos, lui conférant aux yeux de tous une véritable aura de prophète.

Simon Veille est historien, et travaille actuellement à un ouvrage sur la correspondance d'Albert Einstein et de Stephen Wise.

Courrier des auteurs le 23/03/2013

1) Qui êtes-vous ? !
Un journaliste vagabond

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Un message d'humanité et de sagesse lancé par un homme qui a traversé toutes les grandes tragédies du XXe siècle, à la fois comme un acteur engagé mais aussi comme une victime des circonstances...

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
«La foi aveugle dans l'autorité est le pire ennemi de la vérité» A. Einstein

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Le concerto en la mineur BWV 1041 de Bach.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Un moment de bonheur

La revue de presse : Corinne Bensimon - Libération du 27 juin 2013

Albert Einstein avait souhaité que ses archives soient conservées par l'Université hébraïque de Jérusalem. Depuis sa mort en 1955 à Princeton, elles ont été consultées par des centaines de chercheurs, qui ont produit des bibliothèques d'ouvrages sur le génie et l'homme, libre penseur, rebelle, pacifiste, philosophe et drôle. L'historien français Simon Veille, lui, a, sept ans durant, passé ces milliers de documents au crible d'une question, inscrite au coeur même de leur transfert dans cette université, créée en 1925 grâce au soutien du physicien : quels furent les liens d'Einstein à l'univers juif, ses luttes, ses débats, notamment autour du sionisme, lui qui se déclarait à 16 ans «sans confession» et a tant dénoncé les nationalismes ?...
D'une popularité inouïe, le physicien sera un soutien de poids pour les sionistes. Mais turbulent. Il est animé par l'espoir non d'un Etat juif mais d'un refuge où vivre libres et égaux et où porter la science à son plus haut niveau...
Einstein, apprend-on, aurait préféré une gouvernance internationale de la Palestine le temps qu'un Etat binational puisse se créer. Il était convaincu que, sans politiciens pour attiser les haines nationalistes, les peuples juif et arabe pourraient s'entendre. «Einstein est un homme d'avenir», estime l'auteur. Il était certainement un humaniste.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires