"Sang d'encre" de Stéphanie Hochet chez Ed. des Busclats (Paris, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Sang d'encre
Sang d'encre — Le choix des libraires

Résumé

La fascination qu'exercent tatouages et tatoueurs sur le narrateur l'a conduit à dessiner pour l'un d'eux, son ami Dimitri. Mais il a longtemps résisté à offrir sa peau aux poinçons et à l'encre. C'est une phrase latine sur les heures qui passent, Vulnerant omnes, ultima necat (toutes blessent, la dernière tue), qui le fera changer d'avis et bouleversera son existence. Dès que Dimitri la lui tatoue sur la poitrine, il devient un autre homme dans ses rapports aux femmes, au temps, à l'existence. Mais très vite l'encre des premiers mots pâlit et, étrangement, son sang en fait autant...

Dans une langue dense et puissante, Stéphanie Hochet écrit une fiction aux marges du fantastique, une méditation sensuelle sur le sang et l'écriture, la peau et la mémoire, les traces et l'oubli.

Courrier des auteurs le 20/03/2013

1) Qui êtes-vous ? !
Je suis un écrivain né en 1975, j'ai publié huit romans, j'écris aussi pour la presse en particulier pour "Le Jeudi du Luxembourg", hebdomadaire dans lequel je tiens une chronique sur les livres, j'ai également collaboré à Libération et à Muze.
Sang d'encre est ma neuvième fiction.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Une phrase latine sur les heures qui passent (Vulnerant omnes, ultima necat, Toutes blessent la dernière tue) tatouée sur la poitrine d'un homme bouleverse son existence.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
«L'existence fuit-elle comme le sang s'écoule ?»

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
J'aimerais, idéalement, que ce texte rappelle "Roméo et Juliette" de Prokofiev pour son aspect étrange, sensuel, morbide.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Un goût pour le réalisme magique, une découverte de l'inquiétante étrangeté en littérature.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires