"Pour en finir avec la langue de bois" de Eric Gautier chez Atlande (Neuilly-sur-Seine, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Pour en finir avec la langue de bois
Pour en finir avec la langue de bois — Le choix des libraires

Résumé

Coup de gueule et engagement
Mettre au coeur du débat des sujets cruciaux pour l'avenir de la France en confiant à des professionnels de premier plan le soin de rédiger des ouvrages incisifs qui interpellent.

Pour en finir avec la langue de bois
Pour en finir avec la langue de bois, Éric Gautier, président du conseil général des Deux-Sèvres, nous propose des instantanés officiels, une galerie de drôles d'oiseaux et surtout un éloge du quotidien.

Les éloges conventionnels vont aux grands personnages, aux grandes passions, y compris la folie, mais rarement aux petites choses modestes, aux êtres humbles, aux petits riens et aux gestes sans importance qui ne sont pourtant pas rien, ils peuplent notre quotidien. Et par mille façons et détours l'auteur fait ainsi l'éloge de la vie, gardez le précieusement.

Edgar Morin

Chez le même éditeur :
Manifeste des désobéissants - Pour en finir avec l'égalité des chances - Pour en finir avec les immigrés - Pour en finir avec l'université - Pour en finir avec le rayonnement de la France -Pour en finir avec l'art poubelle - Pour en finir avec la crise du cinéma français - Pour en finir avec les intermittents du spectacle - Pour en finir avec l'exception culturelle - Contre le mur - Be Happy ! - La voie étroite - Réflexions - Cultivez vos enfants - Agir en fonctionnaire de l'État de façon éthique et responsable.

Courier des auteurs le 13/02/2013

1) Qui êtes-vous ? !
J'ai gardé de mes études le besoin de philosopher au quotidien, de mon travail d'auteur compositeur le goût des mots et de leurs musiques, de mon éducation et de mon expérience de vie l'engagement contre les injustices. C'est sans doute la conjonction de tout cela qui m'amène aujourd'hui à exercer des fonctions politiques et à garder par devers moi une page blanche et une plume pour l'écriture.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Edgar Morin dit dans sa préface : «Les éloges conventionnels vont... rarement aux petites choses modestes, aux êtres humbles, aux petits riens et aux gestes sans importance qui ne sont pourtant pas rien, ils peuplent notre quotidien. Et par mille façon et détours l'auteur fait ainsi l'éloge de la vie...». J'ai envie de lui faire confiance !

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
«Ce que je trouve merveilleux dans le sable, c'est la puissance de résistance du plus petit de ses grains... peut-on encore rêver d'un grand vent de grains de sable ?»

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Peut être une suite de danses populaires, un violon tzigane, une clarinette langoureuse, un accordéon dissipé, une valse qui prend ses aises au point de devenir impossible à valser...

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Le plissement des yeux, juste en amont du sourire, en témoignage de la fraternité de petits bouts de vie partagés.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires