"Petit art de la fuite" de Enrico Remmert chez Philippe Rey (Paris, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Petit art de la fuite
Petit art de la fuite — Le choix des libraires

Résumé

«LAISSEZ VOTRE SURF DEHORS, ICI IL N'Y A PAS DE PLACE POUR DES RÉALITÉS AUSSI SUBJECTIVES.»

Trois trentenaires turinois se retrouvent embarqués dans un voyage improbable du nord au sud de l'Italie : Vittorio, violoncelliste torturé et hypocondriaque ; Francesca, sa fiancée de toujours au bord de la rupture; Manuela, leur amie loufoque, gogo-danseuse et monitrice d'auto-école à ses heures perdues (ou l'inverse)... Rapidement, avec l'ex de cette dernière aux trousses, le voyage dans la poussive Baronne à doubles commandes devient une course-poursuite, une épopée déjantée et douce-amère où chacun se révèle. Au fil des kilomètres et des rencontres, les liens se nouent et se dénouent, les événements prennent une dimension initiatique, les choix s'expliquent et les masques tombent.

Dans ce récit à trois voix, servi par une écriture inventive, Enrico Remmert brosse avec justesse le tableau d'une jeunesse déboussolée mais avide de rêves. Entre humour et gravité, ironie mordante et poésie, il signe un roman réjouissant.

«Une écriture chorale et harmonieuse comme une mélodie.» La Repubblica

«Un livre qu'on ne peut pas ne pas aimer.» Nazione Indiana

«Un roman beau et intense, parfumé de sincérité.» Tuttolibri


Enrico Remmert, né en 1966, vit et travaille à Turin. Écrivain, scénariste, traducteur, il collabore à de nombreuses revues et réalise des courts métrages et des documentaires. Ses deux premiers romans, Rossenotti et La ballade des canailles, ont été salués par une presse enthousiaste.

Le choix des libraires : choisi le 11/02/2013 par Jennifer Le Morvan de la librairie SOIF DE LIRE à STRASBOURG, France

Jubilatoire et réjouissant !
On avale un grand bol d'air frais à la lecture de "Petit art de la fuite" de Enrico Remmert (éditions Philippe Rey)

Trois trentenaires turinois se retrouvent embarqués dans un voyage improbable du nord au sud de l'Italie : Vittorio, violoncelliste torturé et hypocondriaque ; Francesca, sa fiancée de toujours au bord de la rupture ; Manuela, leur amie loufoque, gogo-danseuse et monitrice d'auto-école à ses heures perdues (ou l'inverse)... Rapidement, avec l'ex de cette dernière aux trousses, le voyage dans la poussive Baronne à doubles commandes devient une course-poursuite, une épopée déjantée et douce-amère où chacun se révèle. Au fil des kilomètres et des rencontres, les liens se nouent et se dénouent, les événements prennent une dimension initiatique, les choix s'expliquent et les masques tombent.

Dans ce récit à trois voix, servi par une écriture inventive, Enrico Remmert brosse avec justesse le tableau d'une jeunesse déboussolée mais avide de rêves. Entre humour et gravité, ironie mordante et poésie, il signe un roman réjouissant.

Courrier des auteurs le 31/01/2013

1) Qui êtes-vous ? !
Un homme aux nombreuses histoires, dont aucune, ou presque, n'est édifiante.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Le thème de mes trois romans : le sentiment d'égarement qu'on éprouve quand on se rend compte qu'il est impossible de tirer de la vie le sens de la vie, en admettant qu'il existe.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
La phrase que Francesca dit à Vittorio :
«Vittorio, je comprends ta souffrance, je l'ai toujours comprise. Mais la souffrance ne donne aucun privilège, tout dépend de ce qu'on fait de cette souffrance.»

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Si ce n'était qu'une seule musique, ce serait la Suite n°2 en ré mineur pour violoncelle seul de Bach : pour moi, c'est le morceau que Vittorio interprète dans la scène des salines, au milieu de la neige. Mais je crois que de nombreuses musiques se cachent dans ce livre : guitares déjantées genre Violent Femmes le long des départementales italiennes, Pat Metheny dans la scène de la nuit sur la plage, du rock énergique pour la bataille contre le chien Gunther, de la musique néo-mélodique napolitaine pendant le mariage, et ainsi de suite.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Ma solitude d'écrivain et leur solitude de lecteurs : la littérature n'est qu'une forme de solidarité entre ces deux solitudes.

La revue de presse : Fabio Gambaro - Le Monde du 3 janvier 2013

Récit à trois voix, Petit art de la fuite dose à la perfection l'action et la réflexion, les émotions et les discussions, l'évolution psychologique des personnages et les images d'un paysage hivernal qui parfois devient presque surréel. D'ailleurs, ce trajet rocambolesque à travers la péninsule italienne révèle un pays loin des clichés touristiques des cartes postales, un pays chaotique où alternent la beauté et la laideur, la misère et la générosité, la violence et la solitude. L'écrivain italien sait en saisir les secrets en seulement quelques touches, tout comme il sait montrer avec adresse les failles de ces personnages très attachants. Ce qui donne au roman une profondeur toute particulière qui transforme cet hymne à l'amitié et à la poésie de la route en un très émouvant portrait d'une jeunesse aux prises avec ses incertitudes et ses doutes.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires