"Les signes des temps : à la lumière de Vatican II" de Jean Vanier chez Albin Michel (Paris, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Les signes des temps : à la lumière de Vatican II
Les signes des temps : à la lumière de Vatican II — Le choix des libraires

Résumé

Le grand souffle conciliaire qui s'est levé il y a maintenant cinquante ans sur l'Église et sur le monde n'a pas fini de nous interroger. Il demeure une invitation-dérangeante mais ô combien féconde-à approfondir une exigence fondamentale de l'Évangile : l'attention réelle portée aux plus pauvres, aux plus faibles, aux laissés-pour-compte. C'est dans ce même esprit et à la même époque que Jean Vanier a fondé L'Arche, forte aujourd'hui de plus de cent quarante communautés à travers le monde, où des personnes vivant avec un handicap sont reconnues dans leur dignité humaine en partageant avec d'autres leur quotidien et leurs espérances.
Au seuil de ces deux anniversaires, Jean Vanier ouvre ici des pistes de réflexion en suivant l'invitation de Jean XXIII à «scruter les signes des temps». Il nous appelle à nous libérer de la «tyrannie de la normalité» qui laisse sur le bord du chemin tant d'exclus, et nous rend aveugles à la meilleure part de nous-mêmes. Et il s'adresse en particulier aux chrétiens pour leur rappeler qu'«une certaine vision défensive, étriquée et fermée de l'Église doit disparaître pour laisser naître ce que l'Esprit saint prépare».

A 83 ans, Jean Vanier est une des personnalités marquantes du monde catholique : depuis 40 ans, il a fondé des dizaines de communautés de vie dans le monde (30 en France) où se côtoient des bénévoles et des handicapés mentaux, on appelle ce mouvement international, l'Arche de Jean Vanier.
Jean Vanier, auteur de nombreux ouvrages dont le dernier avec Julia Kristeva, est aussi co-fondateur avec Marie-Hélène Mathieu de «Foi et lumière», qui rassemble mille cinq cent communautés dans le monde.

La revue de presse : Martine de Sauto - La Croix du 21 novembre 2012

Jean Vanier nous appelle à nous libérer de la tyrannie de la normalité qui nous empêche d'être nous-mêmes et laisse sur le bord du chemin les plus fragiles. Une femme engagée dans l'accompagnement de personnes prises dans la prostitution est un jour appelée au chevet d'un jeune homme qui appartenait à ce milieu, en train de mourir d'une overdose. «Tu ne m'as jamais accepté comme je suis. Tu as toujours voulu me changer», lui dit-il alors. Cette phrase agit sur elle comme un révélateur : elle n'avait pas su rencontrer cet homme. Comment aurait-elle dès lors pu lui révéler à lui-même sa beauté cachée derrière sa pauvreté humaine et son addiction ? Cette histoire, Jean Vanier la raconte dans son dernier livre...
Les valeurs prônées par la société influencent notre manière d'être et nous mettent souvent en contradiction avec les valeurs de l'Évangile, constate-t-il. Et l'Église n'est pas épargnée. Ainsi dans une société qui a tendance à ériger des modèles de puissance et de réussite et à oublier la force de l'humilité, certains hommes d'Église ont du mal à savoir à quelle culture ils veulent appartenir, «celle de l'Évangile et de l'humilité ou celle, plus sécurisante, de la réussite, de l'approbation des supérieurs, de l'affirmation péremptoire d'un idéal chrétien coupé du réel».

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires