"Nakba, 1947-1948" de Walid Khalidi chez Sindbad (Paris, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Nakba, 1947-1948
Nakba, 1947-1948 — Le choix des libraires

Résumé

Ces articles de l'historien palestinien Walid Khalidi n'ont jamais été réunis dans un seul volume. Échelonnés sur près de trente ans, ils constituent pourtant la contribution palestinienne la plus précoce et la plus rigoureuse à l'historiographie de la Nakba - mot arabe qui signifie "désastre" ou "catastrophe" et qui désigne l'expulsion de leurs foyers, en 1948, de quelque 800 000 Palestiniens.
Depuis ses premiers articles, "Pourquoi les Palestiniens sont-ils partis ?" et "La chute de Haïfa", qui datent de 1959, jusqu'à sa réponse cinglante à l'historien israélien Benny Morris, en 1993, Khalidi a bien montré que la première guerre de Palestine a été déclenchée par les forces armées sionistes peu après le vote par l'ONU du plan de partage, en novembre 1947, et qu'elle avait deux objectifs, clairement précisés dans les plans C et D de la Haganah : occuper le territoire imparti aux Palestiniens par le plan de partage et forcer ses habitants à partir. Les plans cités sont intégralement reproduits dans le livre en supplément à une analyse détaillée du plan D (Dalet).
L'autre apport décisif de Khalidi concerne le camp arabe, dont il souligne les divisions, les préoccupations contradictoires et l'incapacité tragique à se mettre en ordre de bataille.

Walid Khalidi est né à Jérusalem en 1925. Diplômé de l'université d'Oxford, il a enseigné l'histoire à Oxford, Beyrouth et Harvard. Il est le secrétaire général de l'Institut des études palestiniennes depuis sa fondation en 1963. Ses ouvrages, en anglais et en arabe, notamment From Haven to Conquest, Readings in Zionism and The Palestine Question Until 1948 (IPS, y éd., 2005), Before their Diaspora, A Photographic History of the Palestinians, 1876-1948 (IPS, 1985), et All That Remains : The Palestinian Villages Occupied and Depopulated by Israël in 1948 (IPS, 1997), ainsi que ses articles, dont certains sont réunis dans ce livre, l'ont placé parmi les plus grands historiens arabes contemporains.

La revue de presse : Raphaëlle Branche - Le Monde du 22 novembre 2012

On y découvre un chercheur engagé, au ton volontiers polémique, faisant feu de tout bois pour identifier les responsables de la destruction de son pays d'origine. Confirmées souvent par les nouveaux historiens israéliens qui écrivirent bien après lui, ses affirmations frappent par leur précocité.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires