"Tout feu tout flamme : une traversée du cinéma français avec Olivier Barrot" de Olivier Barrot chez Cahiers du cinéma (Paris, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Tout feu tout flamme : une traversée du cinéma français avec Olivier Barrot
Tout feu tout flamme : une traversée du cinéma français avec Olivier Barrot — Le choix des libraires

Résumé

Olivier Barrot est journaliste (créateur entre autres du magazine littéraire quotidien Un livre un jour, diffusé sur France 3 et TV5 Monde depuis 1991), enseignant à Sciences Po Paris et à l'Université de New York, et animateur sur scène de Écoles d'acteurs à la Comédie-Française. Il est l'auteur de nombreux ouvrages autour de la littérature (La Revue blanche, avec Pascal Ory, 2012), du voyage (Je ne suis pas là, 3 volumes, 2007-2012 ; Décalage horaire, 2007), des spectacles (avec Raymond Chirat, Sacha Guitry l'homme orchestre, 2007 ; Ciné-club, 2010), et du Fils perdu (2012).

Tout feu tout flamme est le livre d'une vie d'amateur du cinéma français, une traversée de plus d'un siècle de création, de 1895 à nos jours. Avec le concours d'une iconographie séduisante, Olivier Barrot nous fait découvrir ou retrouver en 100 chapitres les films phares (La Grande Illusion, Le Chagrin et la Pitié, Les 400 Coups...) ou moins reconnus (Un revenant), les interprètes (Jean Gabin, Catherine Deneuve, Mathieu Amalric...), les cinéastes (René Clair, Jacques Tati, Maurice Pialat...), mais aussi les techniques, les structures, les esthétiques qui ont façonné et marqué l'histoire du cinéma français.

Des centaines de pages de texte et d'illustrations, c'est un demi-siècle de fréquentation des oeuvres, des gens et des lieux de cinéma qui les a inspirées, et à défaut d'une omniscience encyclopédique, on m'accordera je l'espère un enthousiasme manifeste.
Oliver Barrot, avant propos.

Tout feu tout flamme est un voyage unique à travers le cinéma français par Olivier Barrot, journaliste et écrivain reconnu. Dans ce recueil personnel, l'auteur partage sa passion pour le 7e Art qu'il fréquente assidûment depuis cinq décennies. Des Frères Lumière à Mathieu Amalric, un siècle d'une histoire ininterrompue défile dans ce livre, magnifiquement illustré et porté par des textes vivants qui mêlent le souvenir à l'érudition.

Organisé de manière chronologique, le sommaire se découpe en 100 entrées, traitées sur une, deux ou trois doubles-pages. Tous les personnages de cette foisonnante industrie défilent dans ces courts chapitres auxquels s'ajoutent les références à des oeuvres, des mouvements, des moments clés de l'histoire, également traités dans l'ouvrage. A travers ces choix subjectifs, Olivier Barrot propose une histoire par métonymie, ouvrant son récit à d'autres références et dressant ainsi un portrait exhaustif du cinéma hexagonal.

La voix du cinéphile averti se conjugue ici à celle du spectateur venu se distraire. L'originalité de cette histoire du cinéma français tient dans le subtil mélange entre les références incontournables au cinéma d'auteur et à celles consacrées au cinéma grand public, auxquelles s'ajoutent les hommages à des oeuvres ou à des personnages méconnus. Le lecteur traverse ce siècle en découvrant «le western à la française» des années 1910, «les films de trottoir» des années 1950 ou Un revenant, film méconnu de Christian Jaque sorti en 1946. Il redécouvre les grands cinéastes et les oeuvres majeures : L'Atalante de Jean Vigo, Les Enfants du paradis de Marcel Carné, La Règle du jeu de Jean Renoir, Les 400 coups de François Truffaut et la Nouvelle Vague, Jacques Becker, Jacques Tati, Claude Sautet, Maurice Pialat et bien d'autres encore. La passion de l'auteur pour les acteurs et les actrices se révèlent dans de magnifiques portraits. La grâce de Danielle Darrieux est associée à celle de Michèle Morgan. L'inégalable Catherine Deneuve est célébrée dans un vibrant hommage. Tout comme Jean Gabin, Jules Berry, Louis Jouvet, Yves Montand, Jean-Paul Belmondo, Gérard Depardieu ou Mathieu Amalric. La comédie, souvent délaissée par la critique, trouve une place de choix avec plusieurs pages consacrées à Marcel Pagnol, Fernandel, Bourvil, Louis de Funès, Gérard Oury, Yves Robert ou la saga des Bronzés. Olivier Barrot, en esprit libre, raconte ici toutes les passions du cinéma, celles du public, de la critique et de l'histoire. Il pointe l'importance de tous les métiers - les compositeurs, les décorateurs, les chefs opérateur, les scripts et les seconds rôles - en nourrissant son récit de références choisies.

Il ne tait ni ses enthousiasmes, ni ses déceptions, toujours avec élégance et humour, dans un style enlevé et limpide.

Le cinéma comme une industrie et comme un reflet des évolutions de notre société apparaît tout au long de l'ouvrage. L'histoire des grands argentiers - Gaumont, Pathé, MK2, Canal Plus - côtoient les figures légendaires des institutions - Henri Langlois, Marin Karmitz, Daniel Toscan du Plantier - comme celle des revues et des salles mythiques. La référence à des oeuvres et à des mouvements pointe des événements historiques qui ont marqué chaque Français avec au premier plan la Seconde Guerre mondiale, période d'intense production, mais aussi la révolution sexuelle et son cinéma pornographique, ou encore le film de toute une jeunesse, Les Nuits fauves de Cyril Collard [1992) qui date l'apparition du sida dans l'espace cinématographique.

Plus de 700 illustrations en couleur et en noir et blanc jalonnent cette histoire qui débute en 1895 et se termine en 2012. Une recherche exhaustive dans les collections publiques et privées a permis de rassembler un corpus iconographique unique sur le cinéma français.

Olivier Barrot rappelle dans sa conclusion le lien indéfectible et continu qui existe entre la France et le cinéma, pays de son invention qui a toujours bénéficié du soutien actif de ses institutions. C'est ce lien puissant qu'il rend vivant dans cet ouvrage foisonnant qui incite à la curiosité, qui donne envie de voir ou de revoir les films, qui se consulte comme un album de famille.

Courier des auteurs le 08/11/2012

1) Qui êtes-vous ? !
Un journaliste qui écrit des livres

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Le cinéma français

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
Le cinéma français, c'est une histoire qui ne se finit pas.

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
La valse grise de Maurice Jaubert, musique du film "Carnet de bal" de Julien Duvivier (1937)

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
L'amour inconditionnel du cinéma, et notamment des films français en noir et blanc.

6) Avez-vous des rituels d'écrivain ? (Choix du lieu, de l'horaire, d'une musique de fond) ?
Dans le silence, n'importe où, n'importe quand.

7) Comment vous vient l'inspiration ?
Le sentiment de l'obligation.

8) Comment l'écriture est-elle entrée dans votre vie ? Vous êtes-vous dit enfant ou adolescent «un jour j'écrirai des livres» ?
Je lis depuis la petite enfance. J'ai toujours souhaité écrire, sans cependant me considérer comme un écrivain.

9) Vous souvenez-vous de vos premiers chocs littéraires (en tant que lecteur) ?
Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand, Les Trois mousquetaires d'Alexandre Dumas, Les Aventures de Monsieur Pickwick de Charles Dickens, Le Voyage de Monsieur Perrichon d'Eugène Labiche, Paludes d'André Gide.

10) Savez-vous à quoi servent les écrivains ? !
Et vous ?

11) Quelle place tiennent les librairies dans votre vie ?
Ce sont eux qui m'ont formé, en même temps que mes parents et certains professeurs. Mon libraire de Paris est devenu tout naturellement un ami et l'est demeuré.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires