"Confession des genres" de Emmanuelle Favier chez Luce Wilquin (Avin, Belgique)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Confession des genres
Confession des genres — Le choix des libraires

Résumé

Dans cet ensemble de textes courts, nouvelles ou contes cruels, c'est chaque fois (ou presque...) un narrateur masculin qui prend la parole pour explorer un territoire amoureux, sensuel ou encore franchement érotique. Cette exploration, menée sous une forme à la fois fantastique et poétique, dit l'ambiguïté - voire la perversité - des rapports amoureux dès lors que l'on se confronte au problème de l'affirmation sexuelle ou de la possession de l'autre. Le tout dans un style parfois lyrique, parfois cinglant, dont ne sont absents ni l'humour, qui confine parfois au grotesque, ni la poésie, ni encore l'influence d'un certain réalisme magique.

Emmanuelle Favier, née en 1980 et vivant à Paris, a soutenu en 2006 une thèse sur les adaptations au théâtre de l'oeuvre et de la vie de Rimbaud. Elle a publié de nombreux poèmes en revues et deux recueils de poésie, déjà primés. Comédienne et metteure en scène, elle participe souvent à des lectures publiques et à des festivals littéraires (Printemps des poètes, DécOuvrir, Paris littéraire, Festival des jeunes étoiles, etc.). Depuis 2008, elle interprète ses propres textes avec le guitariste Fabien Montes dans le cadre du duo poético-musical Proses électriques, qui se produit régulièrement à Paris et en province.

Courier des auteurs le 27/10/2012

1) Qui êtes-vous ? !
Si seulement je le savais, je n'écrirais sans doute plus ! Disons que, pour le moment, aujourd'hui à cette heure, je suis notamment une femme qui se met dans la peau d'un homme pour écrire des histoires de femmes et d'hommes qui ne savent pas bien non plus qui ils sont...

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Dans chacun de ces textes courts, nouvelles ou contes cruels, un narrateur masculin prend la parole pour explorer un territoire amoureux, sensuel ou encore franchement érotique. Cette exploration, menée sous une forme à la fois fantastique et poétique, dit l'ambiguïté (voire la perversité) des rapports amoureux dès lors que l'on se confronte au problème de l'affirmation sexuelle ou de la possession de l'autre. Les situations abordées partent pour la plupart d'une impuissance - à exprimer ses sentiments, à s'engager, à fusionner... à aimer en somme. La liberté qu'offre l'intervention du surnaturel permet de prendre au pied de la lettre des expressions toutes faites du désordre amoureux. Sous-jacente, la question du genre en littérature traverse l'ensemble de ces textes, puisque le choix d'un narrateur masculin pour un écrivain femme n'est ici rien moins qu'anodin...

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
"Il y a peu de gens qui daignent m'écouter : pour la plupart, cette histoire n'est pas tout à fait acceptable."

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Une pièce de Bartok, pour l'ambiance, revisitée par Michael Nyman pour le côté cinématographique.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Le plaisir de se plonger dans des situations fantastiques, tout en sachant que, derrière, peut-être, en sourdine, ça nous rappelle peut-être parfois quelque chose qu'on aurait vécu...

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires