"Le temps du déluge" de Margaret Atwood chez Robert Laffont (Paris, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Le temps du déluge
Le temps du déluge — Le choix des libraires

Résumé

Dans l'esprit de La Servante écarlate ou du Dernier Homme, le nouveau roman d'anticipation de Margaret Atwood. Un tour de force.

Adam Premier, le chef spirituel des «Jardiniers de Dieu», prédit depuis longtemps le Déluge des Airs, une catastrophe naturelle qui toucherait uniquement les hommes pour les punir des méfaits qu'ils font subir à la Terre, à sa faune et à sa flore...
Lorsque se produit le désastre qui décime la race humaine, seules deux femmes semblent avoir survécu : Toby, barricadée dans un centre de balnéothérapie, et Ren, enfermée dans un bordel de luxe. Partout autour d'elles prolifèrent des espèces transgéniques créées par l'Homme qui menacent les êtres vivants : les liogneaux (croisement de lions et d'agneaux) et les porcons (cochons hybrides destinés initialement à servir de greffes aux humains) étant les pires.
Dans ce monde chaotique et terrifiant où les animaux ont pris le contrôle, tout est devenu danger. Il faudra pourtant que Ren et Toby, secouées l'une comme l'autre par de violents flash-back, s'aventurent à l'extérieur pour tenter de subsister et partir à la recherche d'éventuels rescapés.

Margaret Atwood, née à Ottawa en 1939, a grandi dans le nord du Québec. Avec trente-six livres traduits dans plus de cinquante langues, elle est l'une des plus grandes romancières de notre temps. Tous ses livres sont publiés aux Éditions Robert Laffont dans la collection Pavillons dont La Servante écarlate (2005), Le Dernier Homme (2005), Captive (1998), Le Tueur aveugle (2002, Booker Prize 2000) et Le Temps du déluge (2012).

Le choix des libraires : choisi le 21/07/2012 par Aurélie Janssens de la librairie PAGE ET PLUME à LIMOGES, France

Le "déluge des airs" a eu lieu. Cette apocalypse que tout le monde redoutait. Cette punition naturelle envers les hommes qui ont épuisé les réserves de la planète, dévoré les animaux, décimé des espèces, consommé, consommé et consommé encore, jetant, détruisant tout ce qui les entourait au profit de leur seule satisfaction personnelle, leur confort, leurs envies. Tous ? Sauf Les Jardiniers de Dieu. Une sorte de secte écologique menée par Adam premier à qui Dieu a confié la mission de préparer un groupe d'individu à survivre à cette "ecocalypse". Reniant la société de consommation, végétariens, ils ne se nourrissent que des fruits de la Terre tout en visant à la protéger. Ce roman d'anticipation fait froid dans le dos tant il nous renvoie à notre monde actuel, nos habitudes de consommation et notre rapport à la Nature. Margaret Atwood réussi ce tour de force : nous amener à réfléchir sur notre rapport au monde via des personnages attachants (Toby, Ren, Amanda) et un récit passionnant qui convaincront même ceux qui n'étaient pas attirés par ce genre !

La revue de presse : André Clavel - L'Express, avril 2012

La grande dame des lettres canadiennes revient à l'anticipation et à la satire pour peindre un futur digne de Jérôme Bosch. Un tableau féroce...
Dans son nouveau roman, Le Temps du déluge, elle renoue à la fois avec l'anticipation et la satire en soufflant sur les braises du présent pour attiser le feu des apocalypses futures. Quant à ses personnages, on les avait déjà rencontrés dans un récit traduit en 2005 chez Robert Laffont, Le Dernier Homme, où elle peignait un monde totalement détraqué, gouverné par des Frankenstein prométhéens sortis de Mad Max ou d'Orange mécanique...
Le Temps du déluge est une parodie grinçante de la Genèse, une fable féroce où la reine Margaret tend un miroir terrifiant à une "civilisation" qu'elle juge déboussolée. Et moribonde. On se croirait dans une toile de Jérôme Bosch ou dans La Route, de Cormac McCarthy, à l'heure du jugement dernier.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires