"A nous deux, Paris !" de Jean-Paul Nishi chez Philippe Picquier (Arles, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

A nous deux, Paris !
A nous deux, Paris ! — Le choix des libraires

Résumé

Quand un jeune Japonais découvre dans ses pérégrinations humoristiques et ironiques les travers de la vie parisienne. Il scrute et déchiffre en images notre quotidien dans ses moindres détails, comme le ferait un Florent Chavouet à Tokyo, et apprend à ses risques et périls les charmes de la France que nous découvrons dans ce livre comme dans un miroir.

«Lecture conseillée pour voir la capitale à travers l'oeil vif et décapant d'un mangaka japonais» (Karyn Poupée. Correspondante de l'AFP à Tokyo)

Jean-Paul NISHI, sous cet étrange nom de plume, Le dessinateur de manga japonais, NISHIMURA Taku, croque des anecdotes rapportées de séjours à Paris où il a notamment vécu en 2005, après avoir hésité plusieurs années avant de devenir mangaka professionnel. Il est l'auteur d'une série sur la vie (pas facile) d'un Japonais dans la capitale française, initialement publiée dans un magazine de manga féminin (Office you), puis en recueils (Paris no mayoikata, Paris aishiteruze). De nouveaux épisodes, résultats de plusieurs autres brefs séjours, sont en préparation, à paraître en 2012. Parallèlement, Jean-Paul Nishi illustre chaque semaine de façon personnelle et décalée la chronique socio-technologique «Live Japon» publiée par Karyn Poupée sur le site français Clubic.

Le choix des libraires : choisi le 21/07/2012 par Nadège Badina de la librairie BIRMANN MAJUSCULE à THONON-LES-BAINS, France

Contrairement à Rastignac qui était un jeune arriviste froid, dés son arrivée à Paris, Jean-Paul Nishi, mangaka de 32 ans, est "plutôt sobre" et très attachant. Pourtant, ce ne sont pas les infortunes qui manquent. Les bulles s'enchaînent, comme autant de regards tour à tour intrigués ou admiratifs, sur les complexités de la vie parisienne. Dans un style naïf, il traque les vices mystérieux des mamies, déchiffre les codes excentriques des homosexuels et des "pauvres [qui]regardent les riches d'en haut", et épingle les habitudes incongrues des parisiennes aux bretelles de soutien gorge visibles et aux décolletés plongeants. Si ces anecdotes semblent exacerber des clichés, son style empreint d'ironie pointe également son laborieux apprentissage de la langue, sa découverte inattendue des «Asiatiques» de Paris et sa nouvelle vie amoureuse... Trois styles de dessins soulignent habilement ce foisonnement de déboires, de surprises et de vérités. Bienvenue à Paris !

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires