"Ce qui tue le travail" de Francis Ginsbourger chez Michalon (Paris, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Ce qui tue le travail
Ce qui tue le travail — Le choix des libraires

Résumé

Une profonde mutation s'opère dans les mondes du travail que personne ne sait formuler justement.

La crise a bon dos ! Voici trente ans que l'entreprise réduit le travail à un coût, la gauche à une quantité partageable, la droite à un salaire variable. Sa réduction à de la «souffrance» ne fait qu'ajouter à la confusion... Plus grave, elle nous pose en pures victimes. En vérité, ces catégories de gestion figent le travail dans des représentations appauvries de ce que nous faisons et de ce que nous sommes.

Ce nouvel ouvrage de Francis Ginsbourger démonte la mécanique aveugle des politiques du chiffre et les formatages du travail par ceux qui l'observent et en décident de loin.

À une gestion catégorique nourrie de credos scientistes, il oppose une gestion instituante qui crée de la controverse, ancre le travail dans ses finalités, engendre des dynamiques qui renforcent les identités des individus et les acteurs collectifs.

Exigeant et sans concession, ce livre inaugural est aussi un outil de base pour réapprendre le dialogue social et sociétal sur l'organisation du travail et sa gestion.

Francis Ginsbourger intervient dans les entreprises et les services publics lors de changements organisationnels et de métiers. Économiste du travail, chercheur associé au Centre de gestion scientifique de MinesParisTech, il a notamment publié La Gestion contre l'entreprise (La Découverte, 1998), Une autre nouvelle économie (L'Aube, 2000) et Des services publics face aux violences (Anact, 2008).

La revue de presse : - Le Monde du 4 octobre 2012

Le travail a perdu son sens et est devenu aveugle, car le collectif de travail, de coopération, de transmission, a éclaté. "Le moule dans lequel se produisent les apprentissages" a ainsi été cassé...
Derrière un titre qui transpire la souffrance et la violence liées à la perte de sens du travail, ce chercheur associé au Centre de gestion scientifique de Mines ParisTech nous invite à se réapproprier l'organisation du travail en reliant "l'analyse de l'activité de travail faite avec les uns et l'analyse économique et gestionnaire faite avec les autres" autour d'un bien qui doit redevenir commun.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires