"Il faut prévenir les autres" de Sarah Taupin chez Editions Lunatique (La Croixille, Mayenne)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Il faut prévenir les autres
Il faut prévenir les autres — Le choix des libraires

Résumé

Que fait Miljick tard dans la forêt, alors qu'un crime atroce vient d'y être perpétré ? Marianne, toujours au chevet de Laura, parviendra-t-elle à capter l'attention d'Auguste ? Le champagne peut-il faire perdre la tête au point de commettre un meurtre ? Momo s'échappera-t-il du piège affreux où il a été pris avec tant d'autres ? Qu'attend de Léon la belle inconnue du parc ? Cette bourrique de Maroissi stoppera-t-il le trafic de drogue avant son collègue Frigourdin ? Et Rodolphe, regrettera-t-il l'invitation de son ami Yves, en Bretagne ?
Sarah Taupin égrène de son écriture déliée et élégante des histoires aussi délicieuses que palpitantes, où s'emmêlent frissons et pieds de nez, pour notre plus grand plaisir.

L'auteur
Sarah Taupin est née en 1988. Il faut prévenir les autres est sa première oeuvre publiée.

Morceau choisi

Quand je suis arrivé devant le fossé, il s'est ratatiné et m'a considéré sans bouger :
«Regarde, c'est là... Elle est belle !»
Une femme gisait à demi-nue sur un tas de feuilles, les yeux blancs et vides. Ses cheveux ondulant sur le sol m'ont rappelé les algues vertes qu'on voit souvent le long des côtes. On aurait dit - oui, c'était cela - un coquillage reposé dont la chair blanche, déjà attaquée par les vers, était trouée par endroits. La plaie béante qu'elle portait au cou avait pratiquement détaché sa tête du tronc.
Je frémis. Mais Kilioj avait raison, elle était très belle.
«C'est la fée de la forêt», marmotta-t-il en se signant prestement.
«Je ne crois pas. Elle est morte, simplement. Quelqu'un l'a égorgée.»
Il me lança un étrange regard, frétillant de frayeur, comme si le mot lui plaisait : «Il faut prévenir les autres !»

Courier des auteurs le 02/10/2012

1) Qui êtes-vous ? !
Sarah Taupin

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Il n'y a pas de fil rouge. Ce sont des nouvelles toutes très différentes, écrites sous le coup de l'inspiration. Mais, avec le recul, j'ai l'impression qu'elles ont toutes plus ou moins un caractère de dissimulation. On croit que, on espère que...et puis le prisme se volatilise, et la réalité paraît. Mais c'est peut-être là un trait commun à toutes les nouvelles, une nécessité même, due à la chute.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
«Il faut prévenir les autres»

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Regarde bien petit, regarde bien, de Jacques Brel. Le texte est assez triste, la musique aussi, mais porté par une voix expressive et... le costume de Brel, qui permet de dédramatiser le texte ! Et puis, j'en reviens à cette idée de dissimulation : qui est cette personne que Brel croit voir au loin ? La fin de la chanson révèlera la triste vérité : il n'y a personne. La silhouette guettée n'est rien de plus qu'un mirage.

http ://www.dailymotion.com/video/x10bjm_jacques-brel-regarde-bien-petit_music

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Ce qu'ils voudront bien partager avec moi.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires