"Barbe bleue" de Amélie Nothomb chez Albin Michel (Paris, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Barbe bleue
Barbe bleue — Le choix des libraires

Résumé

«La colocataire est la femme idéale.»

Amélie Nothomb

Courier des auteurs le 01/10/2012

«Le choix des mots» par Jean Pruvost, grand amoureux des mots...

Pas bien difficile d'épeler sur le mode alphabétique les initiales d'Amélie NOTHOMB, A comme auto-dérision, aristocratique ou anorexie. N comme nippon, deux syllabes japonaises signifiant «soleil levant», sans oublier, à la fin, B comme boulimie, un mot un peu lourd, du grec bous, boeuf, et limos, faim. Un B comme la Biographie de la faim, où Amélie Nothomb raconte si bien l'anorexie, tout aussi grecque, an-, sans, -orexis, désir. B également comme bruxelloise. Et aussi Barbe bleue, son dernier roman.
Pas difficile non plus de repérer qu'Amélie Nothomb, commence par un A et s'achève par un B, en somme un début de dictionnaire. Alors ajoutons C comme colocataire, champagne, chanson, par exemple, des mots qui lui sont chers. «Notons» (homonyme de Nothomb) que si dictionnaire il y avait, avec D on serait proche des déménagements, des déracinements qui marquèrent son enfance et son adolescence. Quant au E, il rappellerait le fait d'«être enceinte de ses romans», selon sa propre formule. Et F la «femme idéale», la colocataire bien sûr.
Pas d'impairs sur les mots, car Amélie Nothomb étudia la philologie, étymologiquement l'«amour des lettres» mais aussi l'étude de la langue. Ainsi locataire, ce mot-clé de Barbe bleue, quand donc est-il entré dans la langue écrite pour la première fois ? En 1435. Et colocataire ? En 1834. Son succès est si marquant aujourd'hui qu'on entend couramment annoncer que tel ou tel est en coloc. Si c'est un étudiant ne pas confondre avec colloque, du latin colloqui, parler ensemble... Quant au champagne, très présent tout au long du roman, il est plaisant de se souvenir qu'il vient d'un latin populaire, campania, à l'origine de la campagne ou de la Champagne. Et de cette région crayeuse est né au masculin le champagne, aux bulles qui courent le long des flûtes. De Barbe bleue. Chapeau ! Amélie. D'ailleurs, le chapeau lui va si bien.

Jean Pruvost

La revue de presse : Valérie Lejeune - Le Figaro du 23 août 2012

Vingt ans d'écriture, vingt romans, peu d'embarras, du chocolat, des bulles. La frêle Amélie Nothomb est un poids lourd de la plume. Parfois décriée, jamais égalée, elle signe, en cette rentrée, Barbe bleue (Albin Michel), un conte qui se dévore avec un appétit d'ogre.

La revue de presse : Jérôme Béglé - Le Point du 14 août 2012

Barbe bleue est essentiellement écrit sous forme de dialogue, un art que la romancière maîtrise à la perfection et qui permet de mieux profiter de la guerre des nerfs que se livrent les protagonistes tout en buvant des champagnes de marque sous les moulures et les dorures d'un décor de théâtre bourgeois.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires