"L'éveil des modernités : une histoire culturelle de la danse, 1870-1945" de Annie Suquet chez Centre national de la danse (Pantin, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

L'éveil des modernités : une histoire culturelle de la danse, 1870-1945
L'éveil des modernités : une histoire culturelle de la danse, 1870-1945 — Le choix des libraires

Résumé

Entre 1870 et 1945, avec l'essor des villes et l'évolution des moeurs, de nouvelles formes de spectacle apparaissent en Occident et, avec elles, de nouvelles visions du corps dansant, multiples et parfois contradictoires. Certains danseurs, captivés par le modernisme technologique, rêvent d'une hybridation du corps avec la machine. Pour d'autres, l'enjeu est de redécouvrir l'aptitude au mouvement naturel et les pulsions vitales, mises à mal par la vie moderne. D'autres encore puisent une inspiration libératrice dans les danses exotiques ou l'exemple des «peuples primitifs».
Mais à New York comme à Paris, Berlin ou Moscou, la danse doit aussi répondre de son rôle politique, social et culturel face à la crise économique et la montée des totalitarismes. Chorégraphes, interprètes et pédagogues, tous ont conscience d'oeuvrer à une époque de ruptures et d'avoir à situer leur démarche créative par rapport aux bouleversements et violences de leur temps.
C'est le récit de cette histoire complexe et passionnante que propose cet ouvrage. A partir des acquis les plus récents de la recherche internationale en danse, il situe l'émergence des oeuvres - comme des démarches et des théories qui les animent - dans leur contexte culturel et leur environnement social, tout en croisant l'étude des pratiques corporelles avec l'analyse des enjeux, tant esthétiques que politiques, d'un art en mutation.

Historienne de la danse, Annie Suquet est l'auteur de «Le corps dansant : un laboratoire de la perception», in Histoire du corps, t. III (Seuil, 3006) et de Chopinot (Cénomane, 2010). Elle a également traduit Chaque petit mouvement de Ted Shawn (Complexe/CND, 2006).

La revue de presse : Antoine de Baecque - Le Monde du 20 septembre 2012

Du cancan à Martha Graham : soixante-quinze ans de bouleversements dans l'art chorégraphique restitués dans une passionnante synthèse...
L'auteur parvient à replacer dans leur contexte culturel, sur trois quarts de siècle, l'ensemble des grandes tendances chorégraphiques et des plus importants danseurs et danseuses, qui interagissent ainsi avec ce qui compose leur environnement social, politique, intellectuel et technologique. Les danses lumineuses et vibratoires de Loïe Fuller coexistent avec les Ballets russes ou suédois, l'hellénisme expressif hérité de François Delsarte avec l'ondoiement d'Isadora Duncan, la conscience du rythme d'Emile Jaques-Dalcroze avec L'Après-midi d'un faune de Nijinski, les danses hindoues de Ruth Saint Denis avec l'école allemande de Rudolf Laban et la transe extatique de Mary Wigman ou le primitivisme de Martha Graham...
En interrompant cette enquête à la fin de la seconde guerre mondiale, c'est le premier acte de la modernité, ou plutôt des modernités, de la danse qui est joué sous nos yeux grâce à la plume élégante et vivante d'Annie Suquet, celui qui les a vues éclore à la faveur d'un intense brassage d'influences de tous pays, de porosités entre pratiques et imaginaires, de circulations entre culture et société. On attend désormais avec impatience le lever de rideau et le début du deuxième acte..., celui qui mènera à Cunningham, Forsythe ou Pina Bausch.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires