"Une princesse au palais" de Cécile Roumiguière chez Thierry Magnier (Paris, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Une princesse au palais
Une princesse au palais — Le choix des libraires

Résumé

Tous les mercredis, elle attend sa grand-mère au Café du Palais. Elle n'est
plus vraiment une enfant, pas encore une adulte. Au milieu de l'agitation ambiante, elle dessine, observe, invente, s'ennuie parfois, et grandit... Un texte tendre et poétique sur le passage de l'enfance à l'adolescence, entre rêve et réalité, magnifiquement illustré par des images grand format fourmillant de détails et de clins d'oeil.

Après une maîtrise de lettres modernes, Cécile Roumiguière plonge dans l'univers du spectacle et dans l'écriture de scénarios pour la scène. Puis elle glisse dans l'écriture de livres. En 2011, avec une formation Fémis d'adaptation de romans pour le cinéma, elle revient à ses premières amours, avec encore des images, en mouvement cette fois. Quel que soit le domaine, elle aime relever ce défi : tisser entre eux les mots et les images pour aller au plus près des émotions et des sensations.

Carole Chaix vient de Reims où elle a fait les Beaux-Arts. Elle est venue à Paris pour faire les Arts Décos et y est restée. Ses images mélangent toutes les techniques : son trait peut être à l'encre de chine, en rouge ou aux 4 couleurs... Elle dessine même en fil de fer ! Dans le cadre d'ateliers, elle rencontre différents publics de 6 à 108 ans. Ce qu'elle préfère : qu'on lui soumette un espace, une histoire et qu'on lui laisse carte blanche, cela lui donne des ailes et des dessins...

La revue de presse : Marine Landrot - Télérama du 19 septembre 2012

La princesse du titre est une petite binoclarde qui se tapit sur la banquette d'un bar, et dessine sur l'ardoise du chef, dans le brouhaha des couverts...
Sa rêverie est nourrie de lucidité, ce qui donne à l'album un beau mélange de tranchant et de douceur, pour en faire un passeport pour le songe introspectif, à mettre entre toutes les mains.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires