"Bienvenue en Norlande" de Véronique Sels chez Genèse (Bruxelles, Belgique)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Bienvenue en Norlande
Bienvenue en Norlande — Le choix des libraires

Résumé

Paul Maréchal est un jeune homme bien. Bon fils et bon camarade. Le bac en poche, il choisit de poursuivre ses études universitaires en Norlande, un pays au confluent de la France, de l'Allemagne et de la Belgique, en apparence paisible et sans histoire.
Une fois installé sur le campus de Westburg, l'étudiant en langues germaniques va découvrir ce qui se trame derrière ce décor de verts pâturages au taux de délinquance proche de zéro et qui a troqué nos bonnes vieilles prisons contre un système judiciaire à points. À travers une petite amie presque trop parfaite, une concierge dont les yeux font office de caméras de surveillance, un professeur retors ou un condisciple qui s'affiche nu sur l'échangeur d'une autoroute, le jeune Français bien sous tous rapports est entraîné malgré lui dans la spirale norlandaise et voit petit à petit sa vie basculer.

«Digne héritière du réalisme magique, Véronique Sels nous enchante avec une verve loufoque et jubilatoire à la Roald Dahl.» Eva Bester, France Inter, à propos de La tentation du pont, 18 octobre 2011.

La toute première passion de Véronique Sels a été la danse contemporaine qu'elle a pratiquée à Bruxelles, Paris, New York et Rio jusqu'à l'âge de trente ans. Puis le hasard l'a conduite sur le chemin de la publicité, métier au service duquel elle a mis sa créativité. Aujourd'hui, elle est l'une des publicitaires européennes les plus primées. Bienvenue en Norlande est son deuxième roman. Véronique Sels vit à Paris.

Au-delà de l'intrigue de «Bienvenue...», au-delà du trip hallucinatoire de cet étudiant qui se rêve en bienfaiteur de l'humanité et qui voit ses certitudes se fracasser devant un système abscons, on aime ses descriptions des us et coutumes norlandais. Entre le Gattaca d'Andrew Niccol et l'Océania de George Orwell, son pays imaginaire prend la forme d'une dictature technocratique et technologique, régie par un mystérieux Ministère, truffée de caméras de surveillance, de cartes à puce et de puces greffées au corps qui scannent votre existence; un étrange État loufoque et foutraque, peuplé de végétariens amateurs de flans au caramel, d'êtres civilisés par calcul, où «les enfants jouent sans courir, sans crier, sans rire, sans pleurer, sans tomber, sans frapper, bref sans jouer», où les juges demandent qu'on les appelle par leur prénom, où neuf Norlandais sur dix portent le patronyme de Norlander.
(...)
On retrouve dans «Bienvenue en Norlande» cette langue tout en légèreté qui faisait le charme de «La tentation du pont», ces mots que Véronique Sels ripoline sans perdre de temps...

L'événement

Courier des auteurs le 12/09/2012

1) Qui êtes-vous ? !
Véronique Sels, enchantée. Auteur belge vivant à Paris, ma première passion a été la danse contemporaine. J'ai ensuite embrassé une carrière publicitaire et publie à la mi-septembre mon deuxième roman chez Genèse Editions, Bienvenue en Norlande.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Ce court roman, conte moral mâtiné de science fiction, repose sur une idée toute simple : le casier judiciaire à point. Pensé comme le permis de conduire à points, ce système judiciaire comptabilise les faits et gestes des habitants de la Norlande, un pays minuscule coincé entre la France, la Belgique, l'Allemagne et le Luxembourg. Paul, jeune étudiant parisien, part faire ses études dans ce pays, se frotte au système et voit peu à peu sa vie basculer.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
... la Norlande existait depuis toujours, mais personne n'y prêtait attention. Peu d'import, peu d'export, pas de soleil, pas d'uranium, pas de pierres précieuses, pas de défiscalisation, pas de jolies filles à vendre ou à louer. Bref, ce qui fait généralement d'un territoire l'objet de toutes les convoitises manquait cruellement à la Norlande. Pire, le peu de choses qu'on en savait éloignait les curieux et les investisseurs : deux cent mille habitants, aucune perspective économique et un flan au caramel immangeable. On ignorait la Norlande comme on évite un voisin de palier au moment de sortir les poubelles : en regardant ses pieds.

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
La java martienne, Boris Vian.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Partager des sujets graves avec humour et légèreté.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires