André Beirnaert : «Se vendre comme un produit de luxe»

©2006 20 minutes

— 

Interview d'André Beirnaert, président du pôle Up-Tex.

La dentelle fait partie du pôle de compétitivité textile Up-Tex. Que pouvez-vous lui apporter ?

Une culture du partage et du travail en réseau. Nous soutenons trois projets dans la dentelle. Les objectifs : réduire les coûts en améliorant les processus industriels, raccourcir la chaîne de production et explorer les nouvelles voies de diversification.

Que faut-il faire pour sauver la dentelle de Calais ?

Les dentelliers subissent les aléas de la mode. La dentelle de Calais est un produit merveilleux qui n'est plus accepté par le marché au prix où il est vendu. Notamment en raison de la déferlante de la dentelle chinoise, trois fois moins chère. Comme pour le vin, le consommateur préfère se contenter d'une moindre qualité. Il faut donc se positionner comme un produit de luxe et se vendre comme du champagne.

Recueilli par T. B.