Des craintes pour la santé

Gilles Durand

— 

Une mobilisation en demi-teinte. Une quarantaine de personnes du collectif anti THT (très haute tension) a manifesté à Lomme, mercredi, devant le siège de Réseau de transport électrique (RTE) pour témoigner à nouveau leur opposition à la construction d'une ligne de 400 000 V, longue d'une trentaine de kilomètres, entre Avelin et Gavrelle, près d'Arras. Vendredi dernier, la direction régionale de RTE avait confirmé son projet de ligne à double circuit. « Il est nécessaire pour renforcer le réseau et assurer l'équilibre des flux de plus en plus intermittents avec les énergies renouvelables », note Jean-Louis Carlier, directeur du projet.

Dangers sanitaires ?
En début de mois, les anti THT s'étaient déjà mobilisés à Avelin. « Nos positions n'ont pas changé, souligne Pierre Rose, un des porte-parole. Nous demandons toujours à RTE d'abandonner ce projet. Pas question, donc, de discuter pour l'instant. » Les manifestants craignent le manque de transparence des études concernant les dangers sanitaires des champs magnétiques produits par cette ligne à très haute tension. Sur ce point, RTE a annoncé mettre en place, dès l'automne, une commission santé rassemblant entre 15 et 20 élus ou membres d'associations. « La première mission de cette commission sera d'auditionner des experts concernant les risques réels de leucémie », précise Jean-Louis Carlier.
Le trajet définitif n'est pas encore défini. « Environ 155 maisons ont été recensées à moins de 100 mètres sur la ligne actuelle, assure Jean-Louis Carlier. Il y en aura peut-être moins sur le prochain trajet et le champ magnétique doit être moins fort. » Un argument qui ne convainc guère Pierre Rose. « Lors de l'enquête publique, beaucoup d'arguments concernant le principe de précaution ont été laissés de côté, affirme-t-il. Nous aimerions une analyse sur les cas de cancer actuels à Avelin. »

Affrontement

Dimanche, dans le Cotentin, près de Flamanville, une manifestation contre un chantier de ligne THT a viré à l'affrontement entre une centaine de manifestants et des gendarmes, selon Libération. Un manifestant a été blessé.