Le jardin sportif du LUC menacé

— 

L'intégration par le sport est en berne. L'accès libre et gratuit, le dimanche après-midi, aux installations sportives du Lille université club (LUC) pour les jeunes Lillois est remis en question pour la rentrée prochaine. « Depuis quinze ans, divers dispositifs participaient au financement de ce jardin public sportif. Successivement, l'Etat et la ville ont arrêté de nous accompagner. Sans aides, notre association ne peut continuer à assurer cette ouverture, qui coûte 36 000 € par an », déplore Colette Andrusyszyn, présidente du LUC. Pourtant, une centaine de jeunes profitent chaque semaine des équipements du LUC et de l'encadrement de cinq éducateurs spécialisés pour sécuriser la pratique du foot, du tennis, de la danse, du cirque ou de l'escalade. « Ça marche d'autant mieux qu'il n'y a aucune contrainte et pas d'inscriptions requises », insiste Arnaud Descloux. Selon le coordinateur des actions sportives et sociales du LUC, ces activités dominicales sont à l'origine de nombreuses vocations sportives ou artistiques qui favorisent grandement l'intégration sociale.T. B.