L'Opale n'a plus vraiment la cote

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Une belle affiche qui n'est pas la seule. Dès demain, le littoral vibrera au son du 30e festival de la Côte d'Opale. Raphaël, Cali, Robert Plant... La programmation comble le staff. Même s'il a quelques raisons d'être inquiet. Parce que Cock Robin et Stéphane Guillon ont annulé leurs prestations. Parce que le nombre de festivaliers a diminué de 20 % en trois ans. Et parce que la concurrence devient rude.

Entre Jean-Louis Aubert et Sinik, l'affiche s'avère tout aussi variée aux Folies de Maubeuge qui s'achèveront mercredi. Rock en Stock à Etaples, la Fête à Raoul à Boeschepe abattent les mêmes cartes. Si les festivals nordistes enregistrent dans leur globalité une hausse de leur fréquentation, ils souffrent pourtant de l'offre belge très alléchante. « La Belgique a toujours été une terre de festivals, à la différence du nord de la France », explique Alex Stevens, responsable du festival de Dour (du 13 au 16 juillet). L'événement attire près de 35 % de Français chaque année. Même succès pour le festival rock Werchter, qui s'ouvre, lui aussi, ce week-end. Et dont les pass sont épuisés depuis deux mois. Côté « Côte d'Ô », on réplique par la différence. « Chez nous l'évènement s'étale : les gens viennent pour l'artiste, pas pour le festival. » Un avis qui pourrait changer. « Les organisateurs sont restés sur leurs acquis, estime Emmanuel Queva, chroniqueur à Presto. Outre un choix discutable de programmation moins rock qu'avant, on peut déplorer un vrai manque de communication. » Le festival est ainsi l'un des rares à n'avoir pas réservé d'encart publicitaire dans le plus vieux fanzine de France.

Anthony Paris

Le festival de la Côte d'Opale, est organisé dans neuf villes jusqu'au 23 juillet. Pas moins de 30 000 personnes sont attendues. Plus d'infos sur www.festopale.cx ou au 03 21 30 40 33.