Un déménagement qui a bon dos

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Nouvelle préfecture. Même galère. Quelque 300 étrangers ont été bloqués, hier matin, devant l'hôtel Scrive, le nouveau siège de la préfecture. Le service des nationalités, en charge de leurs démarches administratives, ne s'attendait pas à une telle affluence lors de sa réouverture. « On essuie un peu les plâtres, concédait Michel Plasson, directeur de la réglementation et des libertés publiques. A partir du 6 juillet, le service ouvrira tous les jours afin d'éviter la cohue. »

Du côté des associations de soutien aux étrangers, l'incompréhension prévalait : « Auparavant, les conditions d'accueil à la cité administrative n'étaient déjà pas terribles. On ne veut pas connaître la même situation ici, témoignait Marie-Hélène Rigault, conseillère nationale adjointe d'Amnesty International. J'espère qu'on peut mettre ça sur le compte du déménagement. »

Après avoir fait la queue sur le trottoir, les étrangers ont pu rentrer au compte-gouttes pour faire leur demande de renouvellement de carte de séjour.

Vincent Vantighem