Le procès Burgeat s'ouvre aux assises

©2006 20 minutes

— 

Un ballon qui roule dans l'herbe. Des familles qui profitent du soleil près de l'étang de la base de loisirs d'Annoeulin. Les jurés de la cour d'assises du Nord à Douai ont trois jours pour comprendre pourquoi Patrick Fourmeaux, 20 ans, est mort le 29 mai 2003 au bord de l'eau. Son meurtrier présumé, Denis Burgeat, 26 ans, originaire de Courrières, encourt vingt ans de réclusion criminelle.

Cet ex-ouvrier sans histoire s'était enfui, en compagnie de son frère Samuel et d'un ami, après avoir poignardé Patrick Fourmeaux. Des témoins avaient aussitôt déclaré que la victime avait été tuée pour un simple regard. « Cette version a été démentie depuis », indique Djamila Berriah, l'avocate de l'accusé. Selon l'instruction, Patrick Fourmeaux aurait d'abord échangé des coups avec le frère de l'accusé suite à des remarques sur sa petite amie. La bagarre aurait mal tourné lorsque Denis Burgeat est intervenu.

Mais il dément avoir eu l'intention de tuer. Le couteau avec lequel il a frappé n'a jamais été retrouvé. Denis Burgeat comparaît avec son frère Samuel, 25 ans, et Mickaël Tramcourt, 29 ans, qui sont respectivement poursuivis pour violences volontaires et non-assistance à personne en danger.

F. Lépinay