Une déesse belliqueuse

©2006 20 minutes

— 

Gare aux envahisseurs. Dressée depuis 1845 à plus de 12 mètres de haut sur la Grand Place de Lille, la Déesse est encore prête à en découdre. Ceux qui croisent son regard sont intimidés par son air farouche et autoritaire, que l'on prête à l'épouse du maire d'alors, Louis Bigo-Danel. D'une main, elle tient une boule de feu. De l'autre, elle pointe la phrase inscrite sur son socle : « Maintenir la liberté et mourir à notre poste. » La statue a été érigée en l'honneur de la résistance face aux Autrichiens qui ont assiégé la capitale des Flandres en 1792 et tiré près de 60 000 boulets rouges en l'espace de huit jours. La déesse symbolise la naissance du « patriotisme lillois alors qu'ils étaient auparavant de bons Flamands et de bons Bourguignons », explique Nicole Leclercq, guide au musée des Beaux-Arts. C. Béhague