Bataille universitaire autour de la méthode ABA pour les autistes

— 

L'autisme est au cœur de nouvelles tensions. Le conseil d'administration de l'université de Lille-III a refusé, avant les vacances, d'examiner la création d'une licence pro ABA, cette méthode comportementaliste d'apprentissage pour les enfants autistes, conseillée par la Haute autorité de santé. « Il n'est pas question de refus, mais de report de la décision, précise Jean-Claude Dupas, président de Lille-III. La première proposition de licence était incomplète. Une position sera prise par le conseil d'administration dans les semaines à venir ». Problème : Lille-III, pionnière dans l'étude des sciences cognitives et affectives, est la seule université française où peut se tenir l'enseignement de la méthode ABA. En février, le ministère de l'Education nationale avait d'ailleurs décidé d'ouvrir un poste de professeur en analyse du comportement pour la rentrée 2012. « Ce report va retarder la mise en place de la formation, alors qu'il y a des centaines de demandes », regrette Vinca Rivière, docteur en psychologie à Lille-III.
Depuis dix ans, cette spécialiste des méthodes comportementalistes se bat pour faire reconnaître la méthode ABA dans la prise en charge des autistes. « Nous sommes déjà tellement en retard dans ce domaine en France », lance-t-elle. La polémique avec les partisans de la psychanalyse n'est pas encore éteinte.G. D.