Avenir crypté pour la vidéo à Tourcoing

©2006 20 minutes

— 

Tourcoing s'inquiète pour sa vidéosurveillance. Au coeur du malaise, la gestion des quelques dizaines de caméras qui pourraient être transférées de la police nationale... à la municipalité. Recommandée par le ministère de l'Intérieur, qui veut « faire du maire le pilote des actions de prévention », cette mesure suscite l'inquiétude dans un con-texte de réorganisation des circonscriptions de police de la métropole.

Prévue pour la fin 2007, l'installation éventuelle d'un poste de commandement unique à Lille pourrait menacer le PC du commissariat de Tourcoing, où les policiers visionnent les vidéos. Selon la mairie de Tourcoing, ce serait alors des policiers municipaux qui devraient prendre en charge le visionnage. « Ce n'est pas l'esprit du plan de sécurité de 1992, explique Alain Laristan, directeur de cabinet du maire. La vidéosurveillance sert surtout à faires des enquêtes approfondies et celles-ci sont du ressort de la police nationale. » Un avis que Christian Vanneste, l'opposant UMP à la mairie, ne partage pas : « Il est dommage d'employer des policiers nationaux bien entraînés au terrain à visionner des vidéos dans une salle. »

Rien n'est encore décidé à la direction départementale de la sécurité publique, qui « communiquera en temps utile ».

O. Aballain et C. Abeel

Une trentaine de caméras de vidéosurveillance sont installées à Tourcoing depuis 1992. Coût du dispositif : plus d'un million d'euros. « Insuffisant », selon l'opposant UMP Christian Vanneste, qui estime qu'il est possible d'en installer d'autres si la municipalité renonce à ses « dépenses paillettes ».