La CGT va au charbon sur l'énergie

Le charbon a-t-il encore un avenir ? La coordination régionale Mines-Energie CGT veut croire que oui. Elle dévoilait, jeudi, un projet de centrale électrique à oxycombustion qui pourrait s'installer à Bouchain ...

— 

La centrale thermique d'Hornaing.
La centrale thermique d'Hornaing. — M.Libert / 20 Minutes

Le charbon a-t-il encore un avenir ? La coordination régionale Mines-Energie CGT veut croire que oui. Elle dévoilait, jeudi, un projet de centrale électrique à oxycombustion qui pourrait s'installer à Bouchain ou Hornaing, près de Valenciennes. Les deux centrales thermiques actuelles sont, en effet, vouées à la fermeture à l'horizon 2015. « La consommation ne va pas baisser dans les années à venir, il va falloir y faire face », souligne Didier Delaporte, responsable de la coordination. L'idée : utiliser comme combustible les schistes charbonneux qui composent les terrils.
« Il y en aurait pour une dizaine d'années, sans compter les terrils de Belgique », poursuit Didier Delaporte. « L'oxycombustion, peu développée en France, permet un meilleur rendement et une meilleure récupération du CO2 », explique Christian Klimczak, ingénieur au centre d'études et de recherches du charbon, à Mazingarbe. Mais le rejet de CO2 reste un obstacle pour ce genre de centrale. « L'école des Mines de Douai et les universités du Littoral et de Mons en Belgique font des recherches sur ce sujet, il faut les encourager », lance la coordination. Une table ronde, à l'initiative des conseils régional et général, pourrait avoir lieu sur le sujet.G. D.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.