La Valeur ajoutée, critère numéro un

A Lille, Gilles Durand.

— 

Deux lycées à grande valeur ajoutée. Mercredi, le ministère de l'Education nationale publiait les indicateurs de résultats des lycées au baccalauréat l'an dernier*. «Il ne s'agit pas de palmarès, précise le rectorat de Lille. Pour juger de l'efficacité d'un lycée, il faut comparer la réussite de chacun de ses élèves en tenant compte de l'âge, de l'origine sociale, du sexe et du niveau scolaire à l'entrée au lycée». Pour ce faire, un des indicateurs mesure la valeur ajoutée, c'est-à-dire l'écart entre le taux de réussite au bac et le taux attendu, selon les caractéristiques de l'élève. D'après cet indicateur, deux établissements tirent particulièrement leur épingle du jeu dans l'académie: Léonard de Vinci (37 en cumul des valeurs ajoutées), à Roubaix pour les lycées professionnels et Hélène Boucher (18 en cumul des valeurs ajoutées), à Somain, près de Douai, pour les lycées généraux et technologiques. Leur caractéristique: accueillir nombre d'élèves en difficulté scolaire.

«Pas de recettes miracles»
«Il n'y a pas de recettes miracles, souligne Christophe Legrois, chef de travaux au lycée Hélène Boucher. Mais une prise en charge permanente des élèves». La direction a mis en place une communication constante avec les parents. «Dès qu'il se passe quelque chose, ils sont avertis par SMS pour vite éteindre le feu», assure le chef des travaux. Autre mesure: la mise en place d'outils modernes pour la pédagogie, avec l'utilisation de tableaux interactifs ou de l'informatique, mais aussi «l'enseignement de textes modernes de chanteurs pour étudier le français», précise Christophe Legrois, lequel est issu du monde professionnel.
A Léonard de Vinci, on préfère mettre en avant «l'esprit, davantage que la méthode». Avec succès. «Il faut que toute la communauté éducative s'implique, précise le directeur adjoint, Xavier Rutkowski. Le dialogue est mis au centre des relations. Chaque élève sait qu'il aura toujours un interlocuteur pour l'écouter.»

BACCALAUREAT.

Si on ne s'en tient qu'aux résultats au baccalauréat général et technologique, ce sont à nouveau les lycées privés qui monopolisent les meilleurs taux de réussite. Ils sont dix à atteindre les 100% dans l'académie. Les premiers lycées publics sont l'école supérieure des arts appliqués du textile à Roubaix et Charlotte Perriand, à Genech avec 97% de réussite. En prenant le taux d'accès entre la première et le bac, le lycée Notre dame des Anges, à Saint-Amand-les-Eaux, obtient le meilleur résultat (97%).