Pharmaciens mauvais conseilleurs

— 

Un manque de professionnalisme et une opacité des prix. L'UFC-Que Choisir a dévoilé, mardi, une enquête sur l'automédication menée auprès de 42 pharmacies de Lille*. Les enquêteurs devaient acheter deux médicaments incompatibles : l'aspirine et l'ibuprofène. Il en ressort que, spontanément, 38 % des officines ne respectent pas leur devoir de conseil. A Marseille, le chiffre atteint même les 80 %. « On ne peut que regretter ce manque de conseil, note Jean Arnoult, président du conseil régional de l'ordre des pharmaciens. Nous allons accentuer nos recommandations ».
Par ailleurs, un tiers des pharmacies proposent un affichage illisible du prix des médicaments dont les variations sont parfois importantes : entre 1,96 € à 3,27 € pour de l'aspirine. « Le monopole des médicaments vendus sans ordonnance a-t-il encore lieu d'être ? », s'interroge Robert Bréhon, président régional de l'UFC-Que Choisir. « Libéraliser ne résoudrait pas le problème », répond Jean Arnoult.G. D.