Menace de désertification médicale

Gilles Durand

— 

Dix zones fragiles de la région sont en déficit flagrant de médecins, d'infirmiers et de kinés..
Dix zones fragiles de la région sont en déficit flagrant de médecins, d'infirmiers et de kinés.. — M.Libert / Archives 20 Minutes

La région lance un SOS pour recruter des médecins. Alors que le ministère de la Santé a fait mardi la promotion des métiers de la santé (lire l'encadré), dix zones du Nord-Pas-de-Calais, baptisées « zones fragiles », souffrent d'un manque cruel de médecins généralistes, d'infirmiers et de kinés.

Des aides financières
« Il s'agit de secteurs où la densité de praticiens est inférieure de 30 % à la moyenne nationale », explique l'Agence régionale de santé (ARS). Environ 160 000 habitants sont concernés, de Maubeuge à Audruicq, en passant par Avion ou Denain. Pour pallier ce manque d'effectif, des aides spécifiques à l'investissement (entre 2 500 et 5 000 € par an) et à l'activité (jusqu'au 20 000 € par an) sont désormais offertes pour séduire les professionnels. Le conseil régional, de son côté, aide financièrement au développement de maisons de santé. La première sera inaugurée en juillet à Fruges. « Une dizaine de projets sont bien engagés », souligne Cécile Bourdon, vice-présidente (PS) à la Santé. Le conseil général du Pas-de-Calais avoue aussi ses difficultés à recruter ses médecins. Huit postes sont à pourvoir, notamment au sein de la protection maternelle et infantile.
Cerise sur le caducée, plusieurs syndicats de médecins pointent du doigt les carences en formation des généralistes à la faculté de médecine de Lille. Laquelle, reconnaît des « difficultés » et a présenté, lundi, un plan quinquennal de recrutement.

Métiers de la santé

La directrice générale de l'offre de soin présente mercredi à Lille une campagne menée par le ministère de la Santé, visant à promouvoir 200 métiers du secteur médical. En région, 168 000 personnes travaillent dans la santé sociale. « Sauf dans la métropole lilloise, il y a des possibilités d'emploi », note l'Agence régionale de santé.