Nouveaux relents d'amiante au pénal

©2006 20 minutes

— 

Après Stein à Lys-lez-Lannoy, un nouveau procès de l'amiante se profile peut-être à l'horizon. Hier, le syndicat CFDT a déposé une plainte contre « X » pour mise en danger de la vie d'autrui au sein de l'entreprise de réparation de moteurs FDR, à Dunkerque. Le premier procès au pénal, intenté le mois dernier par d'anciens salariés de Stein-Alstom au tribunal de grande instance de Lille, a semble-t-il donné des idées à d'autres victimes de l'amiante. « Nous comptons cinq décès et trente-quatre victimes d'une maladie professionnelle liée à l'amiante dans l'entreprise, explique Pierre Méquinion, référent CFDT et ancien salarié de FDR. On nous a caché la présence de ce matériau et nous n'avons pas pu nous en protéger. »

Mais le cas est complexe. La FDR, ancienne branche de la Normed a connu, au gré de l'évolution de la législation sur l'amiante, trois exploitants depuis 1989. « Un document, daté de mai 2001, qui ne nous est parvenu qu'en 2004, indiquait un taux de 20,65 fibres d'amiante par litre d'air, poursuit Pierre Méquinion. Pourtant la direction disait qu'il n'y avait rien. » Une position que les propriétaires du site défendent toujours, documents à l'appui. « Un nouveau relevé était réalisé un mois après sur une masse d'air plus importante, rétorque Brigitte Chombart, ex-présidente du groupe. Il n'indiquait plus que 0,58 fibre par litre. » Un taux d'ailleurs confirmé par d'autres analyses.

Caroline Béhague

Depuis 2001, un décret oblige les propriétaires à désamianter leurs locaux si le taux d'amiante est supérieur à 5 fibres par litre d'air. Ce taux était fixé à 25 fibres par litre d'air depuis 1996.