Loi des séries à la SNCF et effet poids-lourds sur la route

— 

Par temps de neige, la circulation est ralentie. Une fois de plus, routes et chemins de fer ont été perturbés par l'épisode de lundi. Côté route, les 27 équipes de salage mobilisées sur l'agglomération lilloise n'ont pas empêché la formation de 70 km de bouchons cumulés. Mais le principal point noir s'est situé au niveau de l'échangeur d'Englos et sur l'A25. En cause, « les poids-lours qui ont bloqué certains accès à cause d'une adhérence moindre », explique, dans Nord Eclair, Olivier Formentin, responsable du service d'exploitation des routes du conseil général. D'où l'interrogation de la préfecture sur le fait d'interdire les plus de 3,5 tonnes de circuler dès que le sol devient glissant.
Du côté de la SNCF, la situation a été beaucoup plus tendue. Les incidents se sont multipliés tout au long de la journée : Thalys en panne dès le matin, inondations, arbres sur la voie, puis un TER bloqué à Seclin, en fin de journée à cause d'une panne de moteur. Mais les plus gros dégâts ont été provoqués par la chute d'un pylône électrique sur une caténaire sur la ligne TGV vers Seclin. Bilan : des retards impressionnants. La gare de Lille Flandres a accueilli des TER jusqu'à 23 h 30 et le dernier TGV Paris-Lille est arrivé à 2 h. « On se félicite de la réactivité des cheminots qui ont dépassé le cadre réglementaire des horaires pour assurer le service public », souligne Eric Santinelli, secrétaire SUD Rail. Une voyageuse bloquée quatre heures dans un TER entre Lille et Seclin tempère. « On nous a laissés dans le train sans aucune information, remarque-t-elle. Il a fallu nous-même surveiller le départ du bus de remplacement ». Une absence d'information due à un problème de réseau téléphonique avec les contrôleurs. « La caténaire a été libérée vers minuit, ce qui a permis aux agents de remettre la voie en service durant la nuit », explique la SNCF. Hier midi, le trafic était revenu à la normale.G. D.

inondations

La fonte des neiges a renforcé hier, le phénomène d'inondation qui avait commencé lundi après-midi. Les communes les plus concernées se situaient dans les Flandres : Steenwerck, Saint-Jans-Cappel, Esquelbecq ou Wormhout. Les sapeurs-pompiers ont procédé durant toute la journée à des reconnaissances avec l'aide de l'hélicoptère et au moyen d'embarcations. Ils ont effectué près de 230 interventions à partir de 7 h 30. Hier, seule la Plaine de la Lys voyait encore le niveau d'eau monter, alors que de nouvelles précipitations sont prévues ce soir.