Locataire rime avec précaire

Gilles durand

— 

«L'expulsion locative est une pratique barbare qu'il faut abolir ». Le message sera scandé samedi* lors d'une manifestation organisée à Lille par un collectif d'associations. A quelques jours de la fin de la trêve hivernale, les militants souhaitent verser au débat public le problème du logement.
« Depuis dix ans, Lille est la ville où les loyers ont le plus augmenté, signale Gauthier Ragonet de l'Atelier populaire d'urbanisme du Vieux-Lille. Il y a un dysfonctionnement du système par rapport à la situation sociale ». D'un côté, 90 000 dossiers de demande de logements sont en attente dans les tiroirs des bailleurs dans le département. De l'autre, la part consacrée au logement peut dépasser la moitié des ressources d'un foyer. Pour le collectif, le droit d'accès au logement est bafoué, au profit d'une « spéculation locative ». « Le gouvernement favorise le droit du propriétaire, alors qu'en Allemagne, il existe un encadrement des loyers dans le privé » , souligne Fabien Podsiadlo-Régnier de la Confédération nationale du Logement.

126 expulsions en 2011
« Même pour les relogements dans le cadre de la loi Dalo (lire encadré), les loyers ne sont plus adaptés », dénonce Caroline Boyer, porte-parole du collectif. Autant d'arguments pour réclamer la suppression des expulsions. « L'an dernier, le concours de la force publique a été mis en œuvre dans moins de 3 % des procédures, soit 126 fois dans le département », précise la préfecture. Avant d'arriver à ce stade ultime, un Fonds de solidarité pour le logement existe, géré par le conseil général. « La problématique est de plus en plus importante », avoue Charles Beauchamp, vice-président (PC) au Logement qui a mis en place un numéro vert pour les personnes en instance d'expulsion.

Dalo

Au 31 décembre, 7 457 dossiers pour le droit au logement opposable (DALO) ont été déposés (en moyenne 155 par mois). La commission de médiation a rendu 2 754 décisions favorables et 811 sont en cours de traitement.