Des élus régionaux réagissent à « rose mafia »

Gilles Durand

— 

Trois cents pages de dénonciations.
Trois cents pages de dénonciations. — M.Libert / 20 Minutes

Règlements de compte par écrit. Hier est sorti le livre de Gérard Dalongeville, Rose mafia. L'ancien maire socialiste d'Hénin-Beaumont, mis en examen pour détournement de fonds en 2009, « lève le voile sur les mœurs troubles des responsables socialistes dans le Pas-de-Calais », dixit la maison d'édition. Sollicitée, Catherine Génisson, première secrétaire du PS du Pas-de-Calais assure rester « sereine » après s'être « sentie obligée de lire ce livre ». « Je continue à dire que le financement du PS est transparent et que ce qu'écrit Gérard Dalongeville est faux. J'ai contacté notre avocat et nous envisageons de mettre en place des suites judiciaires contre ce livre », souligne-t-elle.

Des réserves sur la crédibilité
De son côté, Jean-François Caron, maire (Verts) de Loos-en-Gohelle, n'a pas encore lu le livre. « Je suis très réservé sur la crédibilité à porter à Gérard Dalongeville, lance-t-il. L'affaire est aux mains de la justice, je suis dans l'attente de ses conclusions. » Il reconnaît néanmoins que, dans l'ex-bassin minier, « l'absence de contre-pouvoir peut rendre plus facile les dérives individuelles ». Par ailleurs, Steeve Briois, conseiller municipal (FN) d'Hénin-Beaumont, souligne sur son blog qu'il « pressentait que l'affaire Dalongeville n'était que la partie émergée de l'iceberg ». Pour lui, « il ne fait aucun doute que le conseil régional, les conseils généraux et les diverses collectivités locales tenus par les barons locaux doivent déjà trembler. » W

procès

En décembre, Le Monde évoquait l'ouverture de quatre enquêtes judiciaires préliminaires ouvertes à Lille, concernant de près ou de loin le PS du Pas-de-Calais. L'une d'elle s'intéresse aux lettres de dénonciationsde Gérard Dalongeville.