Les copains d'abord

©2006 20 minutes

— 

C'est une star locale, mais il en rigole. Gérard Buisine, c'est le barbu à lunettes de soleil de la bande à Paulo, placardé en ce moment sur les murs de Lille à l'occasion de l'ouverture, ce soir, du 14e festival Wazemmes L'Accordéon. La barbe, c'est bien la sienne. Mais pas les lunettes. Elles résument pourtant bien le personnage décalé, moderne et rétro à la fois.

Retraité de l'Education nationale depuis cinq mois, son agenda est plus que rempli ces jours-ci pour préparer l'événement. Il enchaîne les coups de téléphone avec une patience et un humour à toute épreuve. Même quand il peine à dompter son téléphone portable.

La musique, c'est sa vie, bien qu'il n'ait pas voulu en vivre. Refuser de devenir professionnel, c'est « se réserver la possibilité d'envoyer balader les gens chiants ». Il déteste en effet le show business, mais il fait une exception cette année, pour ses copains.

Les copains d'abord, toujours. Tout petit, il est séduit par les groupes de musiciens qui jouent dans les bals musette. Avant de s'y mettre à son tour. Un ami fan de Brassens lui apprend à jouer de la guitare. Avec un groupe d'amis, il s'adonne ensuite au jazz Nouvelle-Orléans, des années 1930. De la musique rétro en pleine époque rock'n roll. Et ça marche. En 1978, il lance la bande à Paulo accompagné de quatre copains. Ils sont trente à quarante aujourd'hui.

La Bande à Paulo se produit toute l'année dans des petits cafés. Au Relax, à la Taverne, au Va Ze notamment. Comme les autres membres de la bande, Gérard Buisine aime la variété. Intervertir les postes des musiciens (il chante, mais joue aussi du banjo et forcément de l'accordéon) et puiser dans différents répertoires. Jazz, chanson française, rock, musette, tous les styles sont mélangés. Autant d'associations qui résument l'histoire des membres de la Bande à Paulo, et parce qu' « il ne faut pas être raciste en musique ».

Pour ceux qui ne les connaissent pas encore, inutile d'aller chez un disquaire. « La Bande à Paulo, c'est comme les bananes, ça se consomme sur place. » Elle est à l'honneur jusqu'au 5 juin au festival Wazemmes l'Accordéon.

Esther Lefebvre

www.wazemmeslaccordeon.com