Les enfants autistes en attente

©2006 20 minutes

— 

Pas de nouvelles. Les familles d'enfants autistes réunies au sein de l'association Pas à Pas s'inquiètent du silence de la direction départementale des affaires sanitaires et sociales (Ddass), qui devait s'exprimer fin avril sur le devenir du centre Camus de Villeneuve-d'Ascq. Cinq enfants y bénéficient de la technique d'analyse appliquée du comportement («ABA »), inédite en France. « Nous restons mobilisés, prévient Laurence Hallosserie, mère d'une des fillettes accueillies, car nous voulons une reconnaissance. » Le traitement, adopté dans d'autres pays, est promu en France par Vinca Rivière, maître de conférences en psychologie à Lille-III : « Cette thérapie équilibre les excès et les déficits du comportement. » Mais la Ddass reste prudente : « Il nous manque des éléments, relate Eric Pollet, responsable local de la politique du handicap. Une réunion va être programmée en juin. » Pour l'instant, le centre est «toléré », avant une éventuelle expérimentation officielle. « Nous sommes dans une logique de dialogue » assure la Ddass. En attendant, la structure fonctionne avec des psychologues rémunérés par les familles et des étudiants. En septembre, Victoire et Baptiste quitteront le centre pour aller à l'école. « Les progrès sont étonnants », assurent les parents.

C. B.

L'association a déposé un recours, estimant que l'attribution de compléments d'allocation par la Maison du handicap est trop « aléatoire ».