Incident au procès en appel de Béatrice Matis, à Douai

— 

Le procès en appel de Béatrice Matis vire à l'affrontement personnel entre défense et accusation. Hier, il y avait comme un avant-goût des réquisitions et plaidoiries, prévues aujourd'hui dans ce procès où l'on accuse une Calaisienne d'avoir tué la femme de son ex-mari. Le courant ne passe vraiment pas entre Me Dupond-Moretti, avocat de Béatrice Matis, et l'avocat général Luc Frémiot. Les deux hommes s'étaient déjà affrontés durement au cours du procès du meurtre de la jeune Clélia, en juin.
Les témoignages prévus n'étaient pourtant pas explosifs. Des proches de l'accusée étaient entendus, pour essayer de mieux cerner un éventuel mobile. « D'un côté, on banalise des témoignages, de l'autre, on stigmatise », attaque Me Eric Dupond-Moretti, pointant les manques de l'enquête de police. C'est le début d'une altercation d'une quinzaine de minutes. Chacun rebondit sur les déclarations de l'autre : l'intervention de la présidente, Catherine Schneider, n'y changera rien. Elle finira par ordonner une suspension d'audience. Qui calmera temporairement les esprits. Mais les coups d'œils noirs échangés entre l'avocat et l'accusation en disent long sur l'atmosphère.G.T.