LILLE - Turbulences chez SeaFrance

— 

Le report du comité d'entreprise de SeaFrance n'aura servi à rien. Hier, les représentants du personnel ont de nouveau rejeté le plan social proposé par la SNCF, propriétaire de la compagnie maritime mise en liquidation judiciaire. « Les engagements de l'état sur la prime extralégale n'ont pas été tenus », dénonce la CFDT. Les indemnités se montent entre 35 000 et 75 000 €, d'après la SNCF qui a envoyé les premières lettres de licenciements hier.
De son côté, les porteurs du projet de Scop n'ont pas baissé pavillon. « Nous sommes toujours en contact avec Eurotunnel », souligne la CFDT. Une réunion est prévue demain sur le sujet avec l'ensemble des salariés. Le temps presse, visiblement. Selon Les Echos, le consortium des armateurs LD Line et DFDS a entamé des discussions avec les autorités des ports de Calais et Douvres et compte ouvrir sa propre ligne début février.G. D.