L'Hybride en sursis

— 

L'Hybride, « lieu de réhydratation culturelle », pourrait périr d'assèchement financier. La salle alternative lilloise, qui projette en vidéo fictions et documentaires, est menacée de fermeture. A moins d'effectuer des travaux d'insonorisation estimés entre 50 000 et 100 000 €. « C'est inimaginable pour nous, qui tournons avec 22 500 € de subventions pour cinq salariés », s'alarme le président, Antoine Manier, qui s'estime victime de règles « trop draconiennes » sur les nuisances sonores. Pour se tirer d'affaire, l'Hybride fait appel à la générosité publique. Tout en espérant un effort supplémentaire de la ville de Lille, son principal soutien. « La mairie ne peut pas payer ces travaux, commente Catherine Cullen, adjointe à la culture. Mais un déplacement dans un autre local est envisageable. » Moins directe, la menace pèse aussi sur la Malterie, où l'inquiétude monte face à l'arrêt d'une subvention européenne.A. P.