Les femmes nordistes à la traîne

— 

Moins diplômée, moins active, la femme du Nord-Pas-de-Calais est à la traîne socialement parlant. Les statistiques de l'Insee dressent un portrait peu flatteur du deuxième sexe version ch'ti. Elles rentrent plus tôt à l'école, mais en sortent moins diplômées qu'ailleurs. Conséquence directe : l'accès au monde du travail leur est restreint. Seules 51 % d'entre elles occupent un emploi, soit 7 % de moins que dans le reste de la France, une « particularité du Nord-Pas-de-Calais, souligne Arnaud Degorre, directeur régional adjoint de l'Insee. Certaines décident de se retirer du marché du travail, c'est-à-dire qu'elles ne recherchent même plus d'emploi. » L'institut de la statistique pointe du doigt le chômage de 3 points supérieur et une certaine « histoire culturelle quant à la place de la femme. » Et de souligner que les femmes nordistes font davantage d'enfants et que le nombre de familles nombreuses est plus élevé. Seul espoir dans ce tableau noir, les jeunes générations suivraient un peu moins ce schéma.F. D.