Quatre lycéens soupçonnés de viols

Gilles Durand

— 

Quasiment personne n'était au courant de cette affaire, samedi matin, au lycée Gambetta.
Quasiment personne n'était au courant de cette affaire, samedi matin, au lycée Gambetta. — M.Libert / 20 Minutes

La jeune fille avait fini par porter plainte en décembre. Vendredi, à l'issue d'une enquête menée par la brigade des mineurs de Roubaix, quatre élèves du lycée Gambetta de Tourcoing ont été mis en examen pour viol aggravé, agressions sexuelles et chantage. Ils sont soupçonnés d'avoir obligé une lycéenne du même établissement, âgée de 16 ans, à des pratiques sexuelles à plusieurs reprises et sous la menace. Les faits auraient duré plusieurs semaines et se seraient produits au moins une fois dans l'enceinte du lycée, selon Nord-Eclair. Le principal suspect a reconnu les faits. Les trois autres estiment que la fille était consentante. La justice a néanmoins décidé de placer en détention provisoire troisde ces jeunes gens, âgés de 16 ans. Le quatrième, du même âge, reste libre, mais sous contrôle judiciaire.

« Impossible

de tout surveiller »
L'affaire n'avait pas encore fait grand bruit au sein de l'établissement samedi matin. Mis à part ceux qui avaient entendu à la radio ou lu dans la presse l'information, rares étaient les élèves qui avaient eu vent de ces histoires de viol. Pourtant, le meneur présumé avait été exclu du lycée avant les vacances de Noël et la victime n'a pas remis les pieds au lycée depuis la rentrée.
Du côté des enseignants, même surprise et même stupeur. « Je n'ai pas du tout entendu parler de cette affaire », déclare un professeur, Aucune réunion n'a encore été tenue par le proviseur sur le sujet. Principale crainte après ces révélations : que le déballage médiatique ne ternisse la réputation, plutôt bonne, du lycée. « Ce qui arrive à cette fille est terrible, mais, malheureusement, le sexe s'est tellement banalisé aujourd'hui que ce genre de drame peut arriver partout, souligne un professeur d'EPS. Il y a beaucoup de recoins dans ce lycée qui accueille mille personnes, il est impossible de tout surveiller, tout le temps. » Le proviseur du lycée était injoignable samedi matin.