Eurotunnel, un miraculé devenu sauveur inattendu

— 

Un exemple à suivre ? Eurotunnel, qui a flirté plusieurs fois avec la faillite jusqu'au début des années 2000, s'est déclaré prêt, hier, à soutenir un projet de coopérative des salariés de SeaFrance. Pour la compagnie ferroviaire transmanche, c'est presque une revanche. En cours de désendettement grâce au cash dégagé par son activité (190 millions de bénéfice opérationnel en 2010), Eurotunnel est devenu le leader du trafic de part et d'autre du « channel ».
Et ses salariés ne seraient apparemment pas inquiets de s'arrimer à une société en déficit chronique. « Notre PDG Jacques Gounon a prouvé qu'il savait redresser une situation financière délicate », estime ainsi Christophe Dooghe, élu CFDT et secrétaire du comité d'entreprise. « Et cela lui permettrait d'éviter l'arrivée d'un concurrent low-cost », glisse un autre élu du personnel. La direction, elle, parle de son « rôle social » dans le Calaisis, « avec 3 300 emplois directs et 5 000 salariés de la zone d'activité Cité Europe ». Et rappelle qu'elle a redressé la barre « sans un centime d'argent public ».